Entretien avec Monsieur Thiérno Bocar Tall PDG de SABER

A quelques encablures de la Conférence de Marrakech (COP22) sur le climat, la Commission de l’UEMOA, la SABER  et la Société Schneider Electric, viennent de lancer le 08 Septembre 2016 à Lomé (Togo), le projet MICROSOL – une solution énergétique innovante et durable sans impact sur l’environnement -, pour améliorer la sécurité alimentaire dans les huit Etats membres de l’UEMOA. Dans cet entretien, le Président Directeur Général de la SABER Monsieur Thierno Bocar Tall revient sur les grandes lignes du projet et les résultats attendus.

Vivafrik.com: Monsieur le Président ; Votre institution la SABER, la Commission de l’UEMOA, et la Société Schneider Electric, ont procédé au lancement officiel du projet MiCROSOL. Pourriez-vous revenir sur le cadre  d’intervention de ce  projet et sur le processus ayant conduit à ce lancement ?

Dans le cadre de l’amélioration de la sécurité alimentaire et de l’efficacité énergétique dans les États membres, la Commission de l’UEMOA a engagé une action visant à mettre en place un projet régional de développement d’une plateforme agricole intégrée de production, de transformation et de conservation de produits alimentaires par une centrale solaire thermodynamique (MiCROSOL) et / ou photovoltaïque.

C’est ainsi que faisant suite à l’Accord de partenariat tripartite signée le 20 octobre 2014, entre l’UEMOA, la SABER (ABREC en anglais) et la Société Schneider Electric, la Commission et la SABER sont convenues du principe de la réalisation des études de faisabilité, l’installation d’équipements et la formation des usagers entrant dans le cadre de ce projet, dans les États membres de l’UEMOA.

Comment le projet va-t-il se déployer  et quelles sont ses différentes composantes ?

Le Groupe Schneider Electric est l’entreprise chargée de la mise en œuvre du projet.

La SABER est le maître d’ouvrage délégué de ce projet.

Ce projet vise à développer une plateforme intégrée dans chaque État membre (production agricole, transformation de produits agricoles, conservation de produits et pasteurisation de lait), par l’installation d’une centrale solaire thermodynamique (MICROSOL) et / ou photovoltaïque comme source d’énergie.

La mise en œuvre du projet régional sera structurée autour de quatre composantes :

  • la réalisation des études ;
  • la mise en place des infrastructures (centrales solaires, systèmes d’irrigation, équipements divers pour le séchage, le froid etc.) ;
  • l’exploitation des équipements, l’organisation et la formation des acteurs de gestion des réalisations ;
  • la coordination et la gestion du projet.

Quels résultats et  impacts socio-économiques et environnementaux  peut-on attendre  du projet ?

Les activités du projet auront à la fois des impacts économiques et sociaux directs. Les impacts économiques et sociaux indirects seront très importants par exemple l’activité piscicole suscitera en amont et en aval de la production, des activités économiques telles que la production d’intrants (aliments et alevins), la commercialisation de produits de poissons d’aquaculture. Ces impacts économiques indirects liés aux activités piscicoles seront approfondies dans les projets pays.

Il est  attendu dans chaque pays un chiffre d’affaire annuel de un milliard de F CFA pour deux cent quatre-vingt (280) emplois directs créés, soit un chiffre d’affaire total de huit (8) milliards de F CFA et deux mille deux cent quarante (2 240) emplois directs dans l’espace UEMOA.

Aussi le projet permettra de produire de l’énergie utile pour les localités prévues sans impact environnemental négatif.

Avez-vous une stratégie de passage à  l’échelle  et de pérennisation au delà des deux ans ?

La gestion de la centrale solaire sera assurée par une société de gestion ou un groupe socioprofessionnel pour la production et la vente d’électricité sous forme de contrat de gérance.

La Société de gestion sera chargée de la maintenance (remplacement des petites pièces) et de l’entretien de la Centrale et elle versera une contribution d’exploitation aux Bénéficiaires (Commune).

Les remplacements de certains équipements lourds seront à la charge des Communes bénéficiaires.

La pérennisation se fera à travers d’une séance de formation aux équipements sur site pour les exploitants.

L’assistance technique, dispensée par Schneider Electric, permettra à la SABER de réaliser la maitrise d’œuvre des installations.

Schneider Electric et la SABER soulignent l’importance de travailler avec les Etats pour pérenniser les installations à travers un contrat de Service avec des gestionnaires.

Propos recueillis par Bacary SEYDI / VivAfrik

Laisser un commentaire