Pour assurer sa RSE, Michelin choisit SMAG

Michelin digitalise sa démarche RSE sur sa supply-chain de caoutchouc naturel. L’entreprise montpelliéraine SMAG a annoncé, le 10 janvier, qu’elle a été choisie par le groupe Michelin pour accélérer et digitaliser sa politique RSE. Elle va développer une plate-forme web destinée à la collecte d’indicateurs RSE sur la chaîne de production de caoutchouc naturel du leader de pneumatiques, selon objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr.

Suite à une consultation lancée début 2016 par le leader mondial des pneumatiques Michelin, SMAG, société éditrice montpelliéraine de systèmes logiciels d’information agricole dirigée par Stéphane Marcel, a été retenue pour développer un outil collaboratif permettant de cartographier sa chaîne de valeur de caoutchouc naturel. Il s’agira pour SMAG de développer une plate-forme web destinée à la collecte d’indicateurs RSE auprès des petits planteurs d’hévéa, des grandes plantations, des intermédiaires et des fournisseurs directs intervenant sur la supply-chain du groupe Michelin, « essentiellement répartis en Asie du sud-est, mais aussi un peu en Afrique et en Amérique latine », précise Nicolas Geslain, ingénieur commercial en charge du développement international. « Nous fournissons l’outil, le support pour permettre à Michelin de faciliter la mise en œuvre de sa démarche, précise Nicolas Geslain. Ce qui a plu à Michelin, outre l’agilité de nos solutions, c’est que nous ne sommes pas juste des éditeurs de solutions web mais que nous y mettons de la connaissance agricole. »

Collecte d’indicateurs RSE

Par cette démarche, le groupe Michelin souhaite accélérer et digitaliser sa politique RSE. Pour cette solution, SMAG adapte son outil AGREO, progiciel de pilotage des exploitations et de traçabilité des productions agricoles. Outre la plate-forme web permettant le pilotage du projet, une application mobile dédiée permettra de collecter les informations RSE (respect des droits de l’homme, respect des contraintes environnementales, utilisation de produits chimiques, etc.) auprès des acteurs de la supply-chain. « On n’est pas dans le contrôle mais dans l’accès à une meilleure connaissance de la filière dans le cadre d’une démarche de progrès, pour ensuite promouvoir de bonnes pratiques, souligne Nicolas Geslain. Des démarches identiques existent pour la culture du café ou du coton, mais Michelin est pionnier pour ce qui est de la filière du caoutchouc. L’objectif est de distiller les valeurs RSE dans toute la filière. »

Enjeu à l’international

Des tests terrain sont en cours, et le déploiement de l’application se fera courant 2017. « Le déploiement de solutions web dédiées au suivi technico-économique des grandes exploitations et à la gestion parcellaire des cultures d’hévéa (cartographie, meilleure gestion des intrants et de la fertilisation, optimisation des pratiques culturales, agriculture de précision…) pourront être envisagées à moyen terme », écrit SMAG dans un communiqué. « Le plus gros enjeu pour nous, c’est de valoriser notre compétence et notre expertise à l’international, en s’appuyant sur un leader mondial », conclut Nicolas Geslain.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire