La Côte d’ivoire étudie un plan nation d’action de lutte contre le changement climatique

Dans le cadre de la lutte contre les effets néfastes des phénomènes climatiques, la Société d’exploitation et de développement aéroportuaire, aéronautique et météorologique (Sodexam) a organisé, avec l’appui de l’Organisation météorologique mondiale (Omm), un atelier de validation du plan d’actions pour la mise en œuvre du Cadre national des services climatiques (Cnsc). C’était le 13 avril, à l’espace Crrae-Uemoa, d’Abidjan-Plateau.

Le ministre des Transports, Amadou Koné, s’est félicité au micro de fratmat.info de la mise en place de ce cadre national des services climatiques. Car, a-t-il dit, « s’il est vrai que dans la planification du développement, les statistiques socio-économiques sont importantes, il en est de même pour les statistiques sur les données météorologiques ». Aussi a-t-il souhaité que les compétences en charge de la météorologie soient renforcées. Pour Luc Gnonlonfoun, directeur pays adjoint, représentant du PNUD, « la mise en place d’un cadre juridique et institutionnel est le fondement des stratégies de résilience pour accompagner les populations à lutter contre les aléas du changement climatique ». C’est pourquoi, son organisation s’est engagée à soutenir ce projet qui fait partie de ses prérogatives.

« Les agriculteurs, les éleveurs, les pêcheurs…. sont en proie à un climat qui change continuellement. Le climat traditionnel ne permet pas aujourd’hui de prédire le futur. Heureusement qu’il existe une technicité au niveau de la recherche sur le climat qui permet de voir plus loin quelles seront les paramètres climatiques et guider la planification du développement national », estime pour sa part, Dr Arabe Tall, coordinatrice sous-régionale Afrique du cadre mondial. Selon elle, cette initiative vise à mettre en place un cadre national qui liera les connaissances au niveau de la Sodexam en collaboration avec les institutions sous-régionales et internationales et disposer de toutes ces informations pour guider le développement non seulement national mais sectoriel (la santé, l’eau, l’énergie, la gestion des risques et catastrophes). « Un atelier de consultation nationale pour la mise en place du cadre a eu lieu du 20 au 21 juillet 2016, à Grand-Bassam. Il a permis d’identifier les acteurs, leurs besoins et les actions prioritaires afin d’apporter des solutions idoines. Cet atelier a permis également d’élaborer un rapport de plan d’actions national 2016-2020 », a affirmé Georges Philippe Esaley, directeur général de la Sodexam. Avant d’ajouter: « après les amendements techniques de ce plan par les experts sectoriels concernés, il est à présent à l’étape de validation finale par les experts et les autorités compétentes ».

Le présent atelier est donc le début d’une réflexion commune qui conduira à la mise en place d’un système d’alerte précoce, action rapide et efficace en Côte d’Ivoire pour prévenir les risques climatiques de plus en plus accrus et bénéficier des opportunités qu’offrent l’anticipation et l’action préparée.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire