Socfin dépose une plainte contre Greenpeace pour diffamation

Une ONG environnementale peut-elle encore dénoncer les pratiques nocives des multinationales sans risquer un procès ? La question se pose de plus en plus, même pour de grandes organisations comme Greenpeace. Le 3 mai dernier, le directeur général de Greenpeace France est convoqué devant le tribunal de grande instance de Paris pour diffamation, suite à une plainte déposée par l’entreprise de plantations Socfin. En cause : la publication d’un rapport de l’ONG en février 2016 sur les « Menaces sur les forêts africaines ». Greenpeace y étudiait les dangers que la Socfin, représentait pour les forêts tropicales africaines « en refusant de s’engager dans une politique zéro déforestation », selon l’ONG, renseigne bastamag.net.

La plainte survient alors même que l’entreprise, qui gère plus de 180 000 hectares de plantations de palmiers à huile et d’hévéas en Afrique et en Asie, s’était engagée quelques mois après ce rapport à mettre en œuvre une politique « zéro déforestation ». Précisons que Basta ! fait également l’objet de deux plaintes en diffamation du groupe Bolloré, principal actionnaire de la Socfin, pour avoir publié des articles sur les activités de la holding luxembourgeoise en Afrique et en Asie.

De l’Afrique au Canada

Ce n’est pas la seule plainte qui vise Greenpeace sur la question de la préservation des forêts, enjeu écologique majeur. L’entreprise canadienne d’exploitation forestière Resolute Forest Products poursuit ainsi en justice Greenpeace depuis 2013 déjà [1]. Au Canada, la multinationale du bois réclame sept millions de dollars canadiens à l’antenne locale de l’ONG. En mai 2016, l’entreprise a également déposé plainte aux États-Unis. Là, la multinationale du bois accuse Greenpeace de « fraude » en se référant à une loi (le Racketeer Influenced and Corrupt Organizations Act) qui vise en principe les mafias et le crime organisé. Pour quelles raisons Resolute s’attaque ainsi à l’ONG ? Pour des enquêtes de l’ONG qui dénonçaient des pratiques dangereuses pour l’environnement et les communautés autochtones dans la forêt boréale canadienne, où l’entreprise exploite du bois pour le transformer en produits courants. Pour Greenpeace, ce type de poursuites judiciaires s’apparentent à des « procès-baillons », des procès lancés pour forcer les ONG au silence et éviter que les pratiques des entreprises soient mises en lumière. « Quand bien même la plainte de Résolu est infondée et quelle que soit l’issue de la procédure engagée, ce sont déjà du temps et des ressources précieuses qui sont englouties dans la défense de l’association. Autant d’énergie qui n’est pas utilisée pour la sauvegarde des forêts et la préservation de la planète », rappelle Greenpeace.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire