Énergies renouvelables : La CEDEAO lance la FAEERC pour booster le potentiel de la sous région

2

La première réunion du comité technique de la Facilité d’appui à l’entreprenariat dans les énergies renouvelables de la CEDEAO (FAEERC) s’est tenue le 23 juin 2015. Elle a eu lieu dans l’enceinte de l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE). En présence des partenaires, cette rencontre visait à examiner les différents projets, apporter l’aide nécessaire pour l’acquisition des crédits et accroître le potentiel du marché sous régional pour les projets solaires et photovoltaïques.

Le projet appui à l’entreprenariat dans les énergies renouvelables a pour but principal de soutenir les entreprises évoluant déjà dans le domaine du solaire et qui ont entre trois à cinq ans d’existence sur le marché.

« Il faut faire des choix. Tout choix est difficile et choisir c’est renoncer ». C’est l’explication donnée par Dr Bachir Ismaël Ouédraogo, coordonnateur du projet appui aux énergies renouvelables pour expliquer la non prise en compte des entrepreneurs qui ne se sont pas encore lancés.

« Les entreprises qui sont déjà sur le marché depuis trois à cinq ans connaissent déjà le marché, ont une organisation qui fonctionne et ont déjà commencé à faire quelque chose. Il est donc plus facile d’aider ces entreprises à émerger que les start-up», a-t-il ajouté pour justifier le choix « difficile ».

Le comité technique de la FAEERC comptabilisait à ce jour une soixantaine de candidatures de 12 pays sur quinze de la zone CEDEAO. Mais 20 à 30 de ces projets pourront bénéficier de l’appui du comité technique. Et le Burkina Faso arrive en tête avec un total de 21 projets soumis pour financement.

Offrir un appui technique

Lancée début janvier 2015 au sein même du 2iE au Burkina Faso, avec le soutien de l’Agence internationale des énergies renouvelables (IRENA), la FAEERC vise essentiellement à apporter une aide sur le plan technique aux entreprises. Les entreprises veulent faire du business. Il faut donc qu’elles aient des bases « solides » pour y arriver. C’est là qu’intervient le projet d’appui.

Source: burkina24.com

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here