Burkina Faso: 30 journalistes formés dans la santé de la reproduction et le développement durable par l’ABBEF

0

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet Plaidoyer en faveur de la santé sexuelle et de la reproduction (SSR), l’Association burkinabè pour le bien-être familial (ABBEF) avec l’appui de Planned Parenthood Federation of America, organise à Ouagadougou du jeudi 28 au vendredi 29 janvier 2016 une formation sur les conclusions de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) et les grands points de la PF2020 au profit de 30 journalistes, rapporte Burkina24.

Cette formation, selon les responsables de l’ABBEF, est une occasion pour l’association de créer un répertoire de journalistes qui souhaiteront adhérer à sa vision et l’accompagner surtout dans la visibilité de ses actions de plaidoyer.

« Pionnière des associations de développement communautaire au Burkina, l’ABBEF mène des actions de sensibilisation et de plaidoyer pour un environnement favorable à la SSR et à la planification familiale (PF) à travers la prise de lois, l’adoption et la mise en œuvre de politiques, de programmes, d’accords, de conventions et engagements souscrits par le gouvernement », précise Innocent N. Zaba, un volontaire, par ailleurs doyen de l’ABBEF.

C’est selon lui une association nationale reconnue d’utilité publique intervenant dans le domaine de la SSR au Burkina. Ses programmes et projets s’inspirent des orientations stratégiques de la Fédération Internationale pour la Planification Familiale (IPPF) et des priorités nationales définies dans les politiques et plans nationaux de développement en matière de santé en général et plus spécifiquement en SSR.

En matière de plaidoyer pour la SSR et la PF, l’ABBEF, en plus d’appartenir à des coalitions de plaidoyer, œuvre selon les opportunités, à booster les engagements pris par le Burkina, qu’ils soient nationaux ou internationaux. « Depuis l’adoption de la CIPD en 1994, la thématique de la SSR a été replacée au cœur des préoccupations du fait des liens entre la population et la santé dans une perspective de développement durable », note l’un des communicateurs, l’économiste Wasso W. Koïta.

Nonobstant les efforts déployés pour l’offre de service en SSR notamment la PF, la prévalence contraceptive dans de nombreux pays en Afrique de l’Ouest, reste encore faible avec des indices de fécondité élevés. Avec une démographie galopante, l’urgence d’agir pour maîtriser cette forte démographie s’avère toujours nécessaire.

Des efforts sont faits mais des défis demeurent. Plusieurs plateformes d’échange, de plaidoyer et de mobilisation de ressources en faveur de la PF ont été mises en œuvre notamment le « Partenariat de Ouagadougou ». Egalement à la suite de bon nombre de conférences (Ouagadougou, Londres), des plans nationaux de relance de la PF ont été élaborés par l’ensemble des pays du Partenariat de Ouagadougou afin de booster la PF dans chacun des pays.

Pour le communicateur Gustave Bambara, économiste spécialiste en population et santé, une population augmente de façon « géométrique » (1, 2, 4, 8, 16, etc.), mais les ressources augmentent de façon « arithmétique »(1, 2, 3, 4, 5, etc.). A l’écouter, la reconduction de la CIPD au-delà de 2014, les engagements de Londres à travers FP2020, les Objectifs de développement durable (ODD) constituent des opportunités de soutien des pays pour le renforcement de la prise en compte des questions de population et de planification familiale.

La formation des 30 journalistes, du 28 au 29 janvier 2016, selon Boureihiman Ouédraogo, le Directeur exécutif de l’ABBEF, s’inscrit dans le souci de susciter davantage l’intérêt des Hommes de médias, notamment ceux de ses zones d’intervention aux questions de SSR, de PF et une appropriation des grandes conclusions et recommandations sur la poursuite entre autres du Programme d’action de la CIPD. Cet atelier qui se veut interactif permettra d’échanger sur des thèmes généraux tels que la population, le développement, les OMD, les ODD, la santé sexuelle et reproductive, la planification familiale au Burkina.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here