Energie renouvelable : Le Maroc face à son défi solaire grâce à sa centrale de Ouarzazate

0

« La consommation nationale d’électricité a doublé en une dizaine d’années », a rappelé, en présence du roi, le directeur général de l’Office national de l’électricité (One), lors de l’inauguration de la première tranche de la centrale solaire Noor en ce jeudi 4 février 2016 dans les colonnes de sen360.fr À 12 km du centre-ville de Ouarzazate, Noor, c’est 160 Mégawatts (Mw) de puissance installée sur 450 hectares de miroirs géants sur lesquels se concentrent les rayons du soleil. À terme, le parc solaire de Ouarzazate comptera quatre stations et 580 Mw de puissance installée. Et ce n’est que le premier d’une longue série qui va développer une puissance installée de 2 000 Mw à   l’horizon 2020, soit l’objectif du Projet solaire marocain (Psm) lancé en 2009, moyennant un investissement de 9 milliards d’euros. Ce projet s’inscrit lui-même dans une politique énergétique plus vaste qui vise à   atteindre, d’ici à   2030, 52 % du mix énergie renouvelable marocain autour du solaire, mais aussi de l’éolien et de l’hydraulique.

Réduction de 14 % des émissions de gaz à   effet de serre

« Notre retard [nous, pays en développement, ndlr] est une opportunité ; nous avons l’occasion d’adopter des technologies moins polluantes, alors que les pays développés doivent revoir tout leur système », a estimé Hakima El Haite, ministre déléguée à   l’environnement, lors du Forum des INDC, co-organisé par le Maroc à   Rabat les 12 et 13 octobre dans la perspective de la COP21 qui s’est tenue à   Paris. Le solaire est ainsi devenu un élément central des engagements pris par le Maroc en décembre dernier à   Paris, en dépit de la construction, dans le même temps, d’une centrale à   charbon de 1 386 Mw à   Safi, et de l’extension de celle de Jorf Lasfar pour une capacité supplémentaire de 700 Mw. Faut-il le rappeler : le Maroc a depuis enfoncé le clou de son engagement de réduire de 14 %, et ce de manière inconditionnelle, ses émissions de gaz à   effet de serre à   l’horizon 2030.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here