Sénégal, conséquences des actions de l’homme, quel impact sur l’écosystème ?

0

Un protocole d’accord pour revoir le  statut de la réserve naturelle de Ndiael

La faisabilité de la sortie de la réserve naturelle du Ndiaèl registre de Montreux, réservé aux zones humides d’importance internationale en danger, requiert l’acceptation par tous les protagonistes de travailler ensemble à restaurer les fonctions écologiques du Ndiaèl. Il faut par conséquent encourager la renégociation d’un protocole d’accord qui met en avant les exigences de la préservation de la réserve’ indique Igfm. Ainsi, La renégociation d’un nouveau protocole d’accord devrait regrouper tous les acteurs, notamment les organisations professionnelles rurales, les services des Eaux et forêts, les industrielles (Sen huile principalement), les collectivités locales entre autres, suggère l’UICN.

La réserve naturelle du Ndiaèl est une zone humide et un sanctuaire migratoire pour les oiseaux. Elle fait partie de la réserve de biosphère transfrontière du Delta du fleuve Sénégal entre le Sénégal et la Mauritanie bénéficiant d’une reconnaissance internationale en 2005.

Un partenariat pour sauver des espèces en voie de disparition

Abdoulaye Baldé et son homologue mauritanien de l’Environnement et du Développement durable Amédi Camara ont signé un accord. Cet accord concerne entre autres axes le transfert et la réintroduction d’espèces animales et végétales, l’échange d’expériences en matière de recherches scientifiques et de partage d’information. Il  porte également sur le renforcement de capacités des agents des deux pays en charge de ces questions, la lutte contre la désertification, la conservation et la restauration des aires protégées.

‘’La signature de cet accord ouvre de nouvelles perspectives dans l’échange d’expériences en matière de réintroduction d’espèces de faune et de flore menacées. D’autant plus que, le renforcement de la résilience des écosystèmes constitue un défi majeur pour garantir la conservation des espèces’’, informe le ministre au micro de l’Aps.

Trois trafiquants d’ivoire sénégalais arrêtés par la police

Lors de deux opérations menées par les éléments de la Sureté Urbaine, le Ministère de l’Environnement et le projet Sénégal Application de la Loi Faunique (Salf), 3 présumés trafiquants, ont été arrêtés par la police pour «détention, circulation et commercialisation d’espèces protégées au Sénégal». Ils étaient en possession de 271 objets en ivoire sculptés représentant 5 kilos et demi d’ivoire d’éléphant, ainsi que 256 défenses de phacochères pour une valeur totale estimée à 8,5 millions de CFA. Concernent les 271 défenses de phacochère, soit 136 animaux abattus selon les spécialistes, la saisie est estimée à 4.500.000 Fcfa. Les trois mis en cause ont été placés en garde à vue et seront déférés au parquet nous informe Seneweb.

Ndèye Fatou NDIAYE / VivAfrik

Laisser un commentaire