SIA 2016: L’ISRA souffre de l’importation des vaccins pour animaux

0

L’importation de vaccins destinés aux animaux « porte un coup dur » à l’Institut sénégalais des recherches agricoles (ISRA), qui consent un lourd investissement pour en produire, a déploré, dimanche, à Paris, son directeur scientifique, El Hadj Traoré, rapporte l’envoyée spéciale de l’APS : Fatou Diop.

« Toutes les maladies animales qui sévissent au Sénégal, nous devons assurer leur diagnostic,(…), mais aussi produire les vaccins pour lutter contre ces maladies. Ces vaccins, quand on les produit, il faut les vendre et l’Etat est le principal client », a-t-il dit dans un entretien avec l’envoyée spéciale de l’APS à l’édition 2016 du Salon internationale de l’agriculture (SIA, 27 février-6 mars).

Selon son directeur scientifique, l’ISRA a la capacité de produire « environ 28 types » de vaccins destinés aux animaux au Sénégal et dans la sous-région ouest-africaine, « mais de façon générale, nous produisons 10 à 12 vaccins parce qu’ils sont les plus demandés ».

« Mais il se trouve que cette année, l’Etat, avec le PUDC ( Programme d’urgence de développement communautaire), a préféré importer des vaccins, ce qui porte un coup dur à ISRA, parce que l’ISRA investit pour faire des vaccins’’, a indiqué le directeur scientifique de l’ISRA.

Or, quand l’Etat ne passe pas commande de ces vaccins, « cela pose un problème », a-t-il dit, ajoutant : « C’est un problème que les deux ministères de l’Agriculture et de l’Elevage vont très vite résoudre, pour que l’ISRA redevienne la première institution qui fournit les vaccins, parce qu’ils correspondent aux maladies qui sévissent au Sénégal’’ et sont produits « avec des germes pathogènes qui sont isolés localement ».

« Nous sommes une institution nationale, il faut qu’on prenne ce qu’on peut faire et si on n’a pas de solution’’, en ce moment seulement il « faudrait peut-être aller » en chercher à l’extérieur », a fait valoir le directeur scientifique de l’ISRA.

Laisser un commentaire