Egypte : Un embargo sur les exportations de riz à partir du 4 Avril

0

C’est pour préserver le niveau des stocks disponibles pour le marché local et éviter la hausse du prix que le gouvernement égyptien adopte telle mesure afin de décourager les négociants qui n’ont pas manifestés une volonté de vendre le riz local aux autorités. Cet embargo sur les exportations de riz va entrer en vigueur ce 4 avril.

Une fois n’est pas coutume, l’Egypte a annoncé une interdiction d’exporter sa production rizicole, à partir du 4 avril prochain. Selon le ministre du commerce du pays, qui s’expliquait par le biais d’un communiqué, la mesure vise à préserver le niveau des stocks disponibles pour le marché local et ainsi atteindre une stabilité des prix de la denrée.

La décision de l’exécutif intervient, quelques jours après l’annonce de l’annulation d’un appel d’offres international, destiné à acheter du riz, lancé par l’autorité générale en charge de l’approvisionnement en matières premières (GASC). Cette acquisition, bien que le pays soit largement autosuffisant, visait à faire plier les négociants qui, peu désireux de vendre le riz local aux autorités, préfèrent le stocker pour faire monter les prix.

Avec cette arrivée, les prix sur le marché auraient chuté, contraignant les négociants à écouler leurs stocks sur le marché local. Cette manœuvre visait également à réparer une erreur de l’exécutif qui n’avait pas acquis suffisamment de réserves stratégiques et ne dispose que d’un stock variant entre 200 000 et 500 000 tonnes, selon les diverses estimations.

Il faut dire que ce n’est pas la première fois que le pays adopte une mesure du genre puisqu’en 2008 déjà, un embargo sur les exportations de riz avait été adopté. Il s’agissait alors, pour l’Egypte, de réserver son riz à la consommation locale et de décourager sa culture pour l’export afin de préserver les ressources hydriques de la nation.

L’an dernier, l’Egypte qui consomme 3,3 millions de tonnes avait produit 3,75 millions de tonnes et disposait d’un surplus de 700 000 tonnes issu de la campagne 2014. Avec toutes ces réserves, le pays affichait des disponibilités en riz de plus d’un million de tonnes.

Avec Ecofin

Laisser un commentaire