La COP22, une COP d’action et du maintien de la confiance

0

La Conférence des Nations unies sur le climat (COP22), prévue du 7 au 18 novembre prochain à Marrakech, sera celle de l’action et du maintien de la confiance, a relevé, lundi à Rabat, la ministre déléguée chargée de l’Environnement, Hakima El Haïti, lors d’un débat consacré à l’organisation de la Conférence de Marrakech.

Lors de cette rencontre intitulée «Carrefour Diplomatique», en présence d’une cinquantaine d’ambassadeurs et chefs de missions diplomatiques représentants divers pays d’Afrique, d’Europe, d’Asie, des Amériques, du Moyen-Orient et des organisations internationales, Hakima El Haïti a indiqué à nos confrères de lematin.ma que «la COP21 était destinée à limiter le réchauffement climatique à moins de 2 degrés C, tandis que la COP22 ambitionne d’être celle de l’action et du maintien de la confiance». Envoyée spéciale pour la mobilisation au sein du comité de pilotage de la COP 22, la ministre a souligné la nécessité de passer du mode de négociation à celui de la mise en œuvre en vue d’atteindre les objectifs fixés dans l’Accord de Paris, exposant les priorités de la COP 22 dont l’adoption de la feuille de route pré-2020 sur le climat et l’activation du mécanisme de renforcement qui constitue un élément indispensable pour enclencher l’allocation des fonds aux pays vulnérables. Initiée par la Fondation diplomatique, cette réunion regroupe plus de 50 ambassadeurs intéressés par les préparatifs du Maroc pour la Conférence de Marrakech et par le programme de la championne de haut niveau pour la mobilisation, a relevé la ministre dans une déclaration à la MAP, ajoutant que «c’est une occasion pour s’assurer que les acteurs étatiques respectent leurs engagements en matière de contribution à la diminution des gaz à effet de serre, mais aussi en matière de financement pour la période pré 2020».

«Concernant l’avant 2020, nous avons besoin de leur engagement pour apporter leur aide et leur contribution à la feuille de route de 2020 qui comporte de nombreuses initiatives, à savoir l’éclairage de l’Afrique et des pays vulnérables, la sécurité alimentaire au niveau de certains pays et la généralisation des stations d’alertes», a-t-elle souligné, notant que «de nombreux pays se sont manifestés pour qu’à Marrakech il y ait du concret et une réponse aux problèmes qui sont vécus par les pays touchés par le changement climatique». Hakima El Haiti a, également, mis l’accent sur le transfert des technologies de base et la feuille de route financière pour un meilleur financement après 2020, invitant tous les pays à honorer leurs engagements pris dans le cadre des contributions annoncées.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here