Amédi Ca¬mara invite la communauté internationale à accompagner le processus de la Grande muraille verte

0

Le président de l’Agence panafricaine de la Grande mu­raille verte (Gmv), Amédi Ca­mara, a invité, à Dakar, la com­munauté internationale à ac­compagner cette initiative dont la mise en œuvre devrait apporter «une solution adaptée aux enjeux climatiques, un challenge pour la vie des populations», indique-t-il dans les colonnes de nos confrères de sen360.fr. «Nous devons trouver des solutions idoines, à travers des mécanismes d’adaptation et de rési­lience, qui doivent être ac­compagnés et appuyés par la communauté internationale», a-t-il déclaré.

M. Camara intervenait à l’ouverture de la 5e session ordinaire du Conseil des ministres de l’Agence panafricaine de la Grande muraille verte, re­groupant les délégations des onze pays concernés par le tracé allant de Dakar à Djibouti, à savoir le Burkina Faso, Djibouti, l’Ery­thrée, l’Ethiopie, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, le Soudan et le Tchad. «Face aux fléaux de la dégradation des terres, de la perte de biodiversité, de la déforestation et le dysfonctionnement des systèmes de production qui entraînent dans leur sillage l’insécurité alimentaire, le chômage des jeunes, entre autres, cette initiative reste une solution», a indiqué Amédi Camara, par ailleurs ministre de l’en­viron­nement de la Mau­ritanie. Aussi le président de l’Agence panafricaine de la Grande mu­raille verte a-t-il suggéré un recrutement de cadres, pour que cette initiative puisse mener à bien sa mission. «Nous sommes à une étape décisive de mise en œuvre de la Grande muraille verte, et nous envisageons encore de mener des réalisations concrètes à forte valeur ajoutée qui doivent apporter une visibilité parfaite au bénéfice de nos populations», a-t-il fait valoir.

Selon le ministre sénégalais de l’environnement et du dévelop­pement durable, Ab­doulaye Bal­dé, «beaucoup d’activités ont été effectuées» à ce jour, comptant parmi les réalisations de la partie sénégalaise. Il a cité le reboisement de périmètres et des activités agro-sylvo-pastorales permettant de réduire le chômage. «Le Sénégal, en tant que pionnier, fait beaucoup de réalisations», a affirmé le ministre sénégalais de l’environnement, selon lequel cette 5e session sera l’occasion de faire une visite de terrain pour s’enquérir du ni­veau des réalisations. A ce sujet, assure Ab­doulaye Baldé, «beaucoup de pays veulent suivre l’exemple du Sénégal qui bénéficie de l’appui des partenaires et de l’accompagnement institutionnel de l’Union africaine et du Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue)». «Ces organismes internationaux accompagnent le Sénégal ainsi que l’initiative de la Grande muraille verte», a souligné M.Baldé.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire