Une étude de REN21 classe le Maroc à la première place dans le solaire

0

Pays hôte de la COP 22, le Maroc se dresse en bon élève du développement des énergies renouvelables. C’est en tout cas ce que pointe une étude réalisée par l’institut REN 21.

L’année 2015 aura été celle de la baisse massive du prix du pétrole. Paradoxalement, elle aura aussi été une année prolifique en ce qui concerne le développement des énergies renouvelables à l’échelle mondiale. C’est ce qui ressort du bilan mondial 2015 dressé par le réseau Renewable energy policy network for the 21st century, (REN21), association politique à but non-lucratif, partenaire du programme environnemental des Nations-unies à Paris. Si l’on se fie à usinenouvelle.com, l’étude dresse un classement des cinq pays ayant le plus investi dans chacune des énergies vertes, proportionnellement à leur PIB. Toutes énergies confondues, le Maroc arrive quatrième, précédé dans l’ordre par la Mauritanie, le Honduras et l’Uruguay. La Jamaïque décroche la cinquième place. Sur la seule technologie thermo-solaire (CSP), le royaume chérifien atteint même la première place, grâce au complexe solaire noor inauguré le 4 février. Le continent africain dans son ensemble domine ce classement pour le solaire CSP, puisque l’Afrique du Sud se place en deuxième position, juste devant les Etats-Unis.

Concernant la production effective dédiée au thermo-solaire, c’est cependant l’Espagne, pionnière dans les centrales solaires thermodynamiques, qui produit le plus d’énergie par ce biais. Le Maroc arrive à la quatrième place. Dans son étude, REN21 souligne l’importance croissante de cette dernière technologie dans les énergies renouvelables. La baisse des coûts de production et l’amélioration des équipements en font une option de plus en plus intéressante, particulièrement pour les pays qui bénéficient d’une forte exposition au soleil. De façon générale, la part des énergies renouvelables dans la production énergétique mondiale est de plus en plus importante, selon REN21. L’année 2015 a enregistré la plus forte augmentation jamais enregistrée, avec 147 gigawatts de capacité supplémentaire issue des énergies renouvelables. Une tendance évaluée en termes d’investissements à 285,9 milliards supplémentaires par rapport à 2014, soit une hausse de 5%. Dans l’étude, REN 21 donne son orientation pour les années à venir : les efforts seront à concentrer sur l’efficacité énergétique. Il s’agit de rentabiliser la production d’énergie afin de réduire au maximum les pertes qui se font à chaque niveau de cette production. L’étude dresse une carte qui présente, notamment 146 pays qui ont déjà adopté des politiques précises allant dans ce sens.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here