Biologie de la Conservation en Afrique : un nouvel accord sur le climat au menu

0

A l’approche de la COP22 prévue en novembre prochain à Marrakech, la société civile marocaine et les institutionnels concernés par cet évènement planétaire dont les Universités et les facultés qui en dépendent se mobilise pour réussir ensemble cette rencontre internationale au Maroc, pays de tous les défis. Dans ce cadre, la faculté des sciences relevant de l’Université Chouaib Doukkali d’El Jadida organise le 3ème congrès africain de biologie de la conservation du 1er au 8 septembre prochain, peut-on lire dans oujdacity.net.

A en croire Rguibi Idrissi hamid membre du comité d’organisation du congrès et général chair ACCB 2016-COP22, les changements climatiques, la désertification, la sécheresse et la perte de la diversité biologique sont autant de problèmes auxquels le continent africain est confronté. D’un autre côté, alors que la biodiversité, connait un déclin important et continu depuis la fin du 2ème millénaire, les nouvelles méthodologies et technologies dédiés aux efforts de conservation sont autant d’outils innovants qui peuvent permettre aux décideurs et gestionnaires d’atténuer l’érosion et aussi d’explorer les impacts potentiels et les différentes opportunités de développement socio-économique. L’idée est de faire connaitre ces outils et méthodologies et de les mettre à disposition de la communauté scientifique africaine. Nous allons présenter un état des lieux de la recherche sur les composantes de la biologie de la conservation en Afrique face aux changements climatiques et identifier les enjeux en lien avec les attentes des acteurs locaux. Aussi, en tant que pré-étape à la COP22, notre congrès est une occasion pour faire un premier constat qui permettra d’aboutir à un nouvel accord africain sur le climat, universel, durable et applicable à tous les pays africains. C’est une parfaite occasion pour fournir des éléments de réflexion sur l’enjeu de la biodiversité pendant la COP22 surtout que notre troisième édition du congrès africain pour la conservation accueillera des délégations venues de plus de 36 pays dans les 5 continents. Enfin, cette troisième édition sera un prélude à la création de la première école en Afrique, dédiée aux effets du changement climatique. Un atelier est programmée le 4, 5, et 6 septembre ; (60 intervenants du monde entier) pour étudier les différents aspects relatifs à la maquette, le concept, la localisation sont attendus.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire