Quand le programme AWA s’immisce pour l’accès de l’eau potable en zone rurale

0

Le maire de la commune de Gamadji Saré a salué mercredi « la pertinence de l’approche et du mode de gestion » du projet d’amélioration de l’accès à l’eau potable avec des technologies à faible cout et de sa gestion locale publique dans les communes de Saint-Louis (Awa), en indiquant que ce programme a permis de soulager pas moins de 3.500 ruraux du département de Podor.

« La plupart des projets de lutte contre l’inaccessibilité de l’eau portable étaient concentrés sur les gros villages qui ont une plus grande capacité de mobilisation de ressources humaines et financières », a dit à ndarinfo.com Therno Ndiaye, en marge de l’ouverture d’un atelier de clôture et de divulgation des résultats de la première phase du projet. Cette première étape d’une durée de deux ans a permis de mettre en place 6 forages. Trois à Gamadji Saré et trois autres à Dodoel grâce à un financement de 275.000 euros de l’Agence andalouse de coopération (Aacid). « Le problème de l’accès à l’eau potable est criard surtout au niveau des petites localités qui ne bénéficient pas de forages. Le système de gestion mis en place est un véritable avantage comparatif », a témoigné Abdoubacry Sow, maire de la Commune de Méry. Appelant à une « démultiplication » de ce modèle «partout au Sénégal», le premier vice-président du conseil d’administration de l’Ard, souligne « l’importance capitale de l’atelier » et invite les participants à faire preuve d’engagement et d’implication pour identifier les contraintes de la phase et faciliter l’exécution de la deuxième partie du projet. Les « actions novatrices » et la démarche inclusive imprimée à la démarche d’AWA suscitent la satisfaction des bailleurs.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here