La CITES interdit la Namibie et le Zimbabwe d’écouler leur stock d’ivoire

0

La Convention internationale sur le commerce d’espèces sauvages menacées (Cites) a interdit lundi à la Namibie et au Zimbabwe de vendre leur stock d’ivoire à l’étranger au nom de la protection des éléphants, à la satisfaction des ONG de défense de la faune, a-t-on appris d’information.tv5monde.com.

Ces deux pays avaient demandé un feu vert à la Cites pour écouler leurs réserves d’ivoire confisqué ou provenant de pachydermes décédés de mort naturelle, avec l’objectif de financer ainsi leurs programmes de protection. A l’issue de vifs débats, les délégués des 182 pays (plus l’Union européenne) membres de la Cites réunis jusqu’à mercredi à Johannesburg ont largement voté contre cette proposition controversée, dans un contexte de « braconnage sans précédent » des éléphants en Afrique. Le nombre de pachydermes africains victimes des trafics s’est dramatiquement accru pour atteindre 110.000 spécimens massacrés au cours de la dernière décennie, selon l’Union internationale pour la protection de la nature (Uicn). Les populations d’éléphants ont été bien moins décimées en Namibie et au Zimbabwe que dans d’autres pays voisins, où elles se chiffrent à respectivement 22.711 et 84.512 têtes. Le rejet de leur proposition a été rapidement salué par des ONG, qui redoutaient une incitation au braconnage.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire