L’IRESEN et L’OCP s’invitent dans l’éco-construction

0

Un centre pilote dénommé Green building park est en cours d’édification à 70 km de Marrakech. L’objectif de ce projet d’un coût de 8 millions d’euros, co-financé par l’agence sud-coréenne de coopération, est de faire émerger les meilleurs matériaux pour la construction écologique au Maroc.

L’Institut de recherche en énergies renouvelables et énergies nouvelles (Iresen) a le vent en poupe ! Depuis son installation dans son nouveau site de la ville verte de Benguérir, ses équipes multiplient les programmes de recherche qui se comptent déjà à la pelle. Le dernier actuellement en préparation sera conjointement lancé très prochainement avec l’Office chérifien des phosphates (Ocp) et l’Agence sud-coréenne de coopération. Il s’agit d’un Green building park qui sera édifié à 70 km de Marrakech, dans la ville verte de Benguérir même, avant le 7 novembre prochain, date d’ouverture des travaux de la COP22 dans la ville rouge. Le Green building park sera selon leseco.ma un bâtiment qui abritera quatre laboratoires équipés des dernières technologies de pointe pour tester et faire émerger les meilleurs matériaux pour la construction écologique au Maroc. Il y aura précisément un premier laboratoire destiné à la caractérisation et à la valorisation des matériaux locaux. Y seront notamment étudiées et scrutées toutes les opportunités pouvant être offertes par des matériaux comme la terre, les pierres et le chanvre que l’on trouve pratiquement partout au Maroc. Le second laboratoire sera dédié à mesurer, tester et expérimenter les matériaux utilisés dans le bâtiment. On parle toujours des matériaux directement tirés de la nature. Pour passer à la phase d’expérimentation, ce second laboratoire s’appuiera sur 25 petites maisons de 25 m² chacune, qui seront construites dans l’enceinte du Green building park, destinées à loger les étudiants. Équipées de capteurs, ces maisons seront autonomes en énergie et construites dans des matériaux spécifiques. Bardées de capteurs, elles permettront à l’équipe de l’Iresen de mesurer l’évolution de la consommation énergétique, de la température, de l’impact de l’eau de pluie, des tempêtes de sable, etc… «Grâce aux résultats que nous aurons engrangé, nous pourrons offrir des solutions spécifiques par zone d’habitation», explique Badr Ikken, directeur général de l’Iresen. M.Ikken pense en particulier aux habitants du monde rural qui ont besoin de solutions de construction basées sur des matériaux plus appropriés pour l’habitat rural.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here