L’eau source de conflit entre KPMO et Necotrans

0

Après l’alliance leur ayant permis de gagner le contrat de concession pour la gestion du terminal polyvalent du port en eau profonde de Kribi, dans la région du Sud du Cameroun, ce n’est plus la lune de miel entre le consortium camerounais KPMO et l’opérateur français Necotrans.

Dans une correspondance adressée aux autorités administratives camerounaises, KPMO, consortium formé par neuf opérateurs qui revendiquent cumulativement plus de 50% des opérations sur la place portuaire de Douala, dans la capitale économique du pays, dénonce une tentative de dislocation du consortium par le partenaire Necotrans, pour des fins hégémoniques, renseigne agenceecofin.com. En effet, alors que l’accord de groupement signé entre les deux parties en 2013 prévoit que Necotrans contrôle 51% des actifs de la société de gestion du terminal polyvalent du port en eau profonde de Kribi, contre 49% pour le consortium camerounais KPMO ; le partenaire français aurait engagé des négociations avec des membres du consortium en privé, afin de provoquer une dislocation du groupe. Cependant, «cette évolution stratégique du chef de file pour des raisons hégémoniques évidentes est rejetée par l’ensemble des membres de KMPO, qui ont pris conscience du danger qui plane sur leurs têtes», ont confié les membres du consortium, lesquels s’en remettent désormais à l’arbitrage du gouvernement camerounais.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here