Pour enrayer les catastrophes climatiques, le Rwanda va faire bon usage des zones humides (Coletha Ruhamya)

0

Le Rwanda a intensifié les efforts pour assurer l’utilisation des zones humides afin d’aider le pays à combattre les effets désastreux du changement climatique.

Le pays affirme que le rôle des zones humides dans la réduction des risques de catastrophes gagne en importance alors que le changement climatique continue d’élever les risques de nombreuses catastrophes naturelles.

Aux journalistes jeudi, pendant les fêtes de la Journée mondiale des zones humides, Coletha Ruhamya, directrice générale de REMA (autorité rwandaise de gestion de l’environnement), a déclaré que les zones humides peuvent réduire les impacts des catastrophes naturelles si elles sont protégées et proprement utilisées.

« Les zones humides au Rwanda subissent beaucoup de pression, notamment de la mauvaise agriculture, de l’extraction de la tourbe, des mines illégales, du dépôt des déchets, des activités de construction et des infrastructures illégales ».

« Il est grand temps que les Rwandais valorisent les pratiques durables qui soutiennent les zones humides saines pour réduire les risques de catastrophes », a-t-elle noté. « Protéger nos zones humides nous aiderait à réduire les risques émanant des catastrophes, notamment des inondations qui continuent à affecter nos vies de différentes façons, mettant ainsi les vies en danger et réduisant notre sécurité alimentaire ».

Mme Ruhamya a appelé les Rwandais à agir pour conserver et promouvoir l’utilisation durable des zones humides.

Chaque année, le 2 février, une campagne de sensibilisation est menée pour sensibiliser l’opinion publique sur la valeur apportée par les zones humides à l’humanité et à la planète. La Journée mondiale des zones humides est célébrée dans le monde entier depuis 1997.

Chaque année, les agences gouvernementales, les organisations non gouvernementales et des groupes de citoyens à tous les niveaux de la communauté saisissent l’opportunité de mener des actions visant à sensibiliser le public sur les valeurs des zones humides et ses bénéfices en général.

Cette année, le thème était : « Les zones humides pour réduire les risques de catastrophes ». Ce thème appelle les gouvernements et communautés à considérer la fonction des zones humides dans la réduction de l’impact des événements climatiques extrêmes comme les inondations, les sécheresses et les cyclones.

REMA a expliqué que les zones humides agissent comme des éponges naturelles, absorbant et stockant le surplus de pluies et contrôlant les inondations. Pendant la saison sèche, elles libèrent l’eau stockée, retardant l’apparition des sécheresses et réduisant les pénuries d’eau.

D’après le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), 90% de toutes les catastrophes naturelles sont liées à l’eau. La fréquence des catastrophes naturelles a plus que doublé et la majorité d’entre elles sont liées au climat.

Le Rwanda a connu un certain nombre de catastrophes ces dernières décennies, à l’origine de morts, de déplacements, de destructions d’infrastructures et de récoltes, et de la dégradation de l’environnement.

Le Rwanda compte 867 marais couvrant une surface totale de 278.536 hectares équivalent à 10,6% du territoire du pays.

Le petit pays d’Afrique centrale a signé la Convention de Ramsar relative aux zones humides d’importance internationale en décembre 2003. F

Source: Agence de presse Xinhua

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here