Les environnementalistes gabonais alertent les autorités sur le braconnage du lamantin

0

Face à la forte montée du braconnage envers le lamantin, les environnementalistes attirent l’attention des autorités gabonaises sur le braconnage de cette espèce qui pourrait conduire à son extinction au Gabon dans un proche avenir.

Selon les experts, cette espèce animale aquatique qui a déjà complètement disparu de l’estuaire du pays, notamment dans la région de la Mondah, a finalement trouvé refuge dans la région du Bas-Ogooué. « Longtemps répendue sur la région de l’Estuaire particulièrement dans la Mondah, la quantité qu’il en reste n’est observable que dans les lagunes Banio, Nkomi, Ndougou et Iguela », indiquent-on à lenouveaugabon.com. Le lamantin est un mammifère aquatique qui vit près des littoraux et dans certaines zones humides ou fleuves, la ceinture tropicale intertropicale. La femelle de cette espèce commence à se reproduire à l’âge de 7 ans, cette gestation dure environ 13 mois, il n’y a qu’un seul petit qui naît de 30 kg. Le lamantin est un animal docile qui a besoin d’eau d’au moins 20°C pour vivre. Il est essentiellement herbivore. L’on souligne également que le Gabon n’est pas le seul pays où les environnementalistes rappellent l’importance de protéger ce maintenicien de l’environnement, compte tenu de son rôle d’indicateur de la bonne santé des écosystèmes.

Pourtant la législation gabonaise se veut claire sur la question car, l’espèce est intégralement protégée. C’est dire que sa capture est interdite. De fait toute personne trouvée en possession d’un quelconque trophée est passible de prison allant de cinq mois à un an et d’une amende de 2 à 10 millions de FCFA. Au niveau international, cette espèce animale aquatique est aujourd’hui protégée par la Convention des espèces en voie de disparition (Cites).

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire