Une alliance des scientifiques pour contribuer au développement de l’agriculture en Afrique subsaharienne

0

Des scientifiques ont lancé mercredi 19 juillet 2017 une alliance scientifique internationale pour accélérer l’amélioration de l’agriculture en Afrique subsaharienne.

L’Alliance pour accélérer les améliorations des cultures en Afrique (Acacia) vise également à aider les scientifiques africains à renforcer leurs solutions aux défis locaux en matière de sécurité alimentaire. « Cette initiative permettra d’exploiter les forces de la communauté scientifique mondiale, ainsi que les progrès récents de la technologie pour trouver des solutions durables au défi de l’insécurité alimentaire sur le continent », a expliqué à maghrebemergent.info, Jacob Mignouna, directeur du Centre des biosciences de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique Centrale (Beca-Ilri) dans un communiqué. Il a noté que cette initiative contribuerait à la sécurité alimentaire et à l’amélioration de la nutrition à travers une agriculture durable, et fournirait aux chercheurs et instituts africains du domaine agricole un accès à des technologies de pointe.

L’initiative qui est un partenariat entre Beca-International livestock research institute (Ilri) et John Innes Center’s (Jic), doit s’appuyer sur des partenariats stratégiques et multidisciplinaires pour contribuer à l’éradication de la faim sur le continent africain. « L’Acacia s’appuiera sur le BecaJic existant ainsi que la prochaine génération de cultures africaines », a déclaré le directeur de Jic Dale Sanders. M. Sanders a observé que l’initiative développera une équipe de scientifiques qui ont une meilleure compréhension des défis agricoles en Afrique et qui peuvent se connecter aux scientifiques africains pour apporter leur expertise.

Les partenaires ont appelé à la coopération avec les systèmes africains nationaux de recherche agricole, le Groupe consultatif pour le Centre international de recherche agricole (Cgiar) et les institutions de recherche internationales avancées afin de promouvoir l’amélioration d’importantes cultures vivrières africaines. Selon le directeur de l’Ilri Jimmy Smith, le partenariat renforcera l’accès aux outils d’amélioration des cultures pour le bénéfice ultime des petits agriculteurs sur le continent. Il a appelé à davantage de partenariats pour aider l’Afrique à bénéficier de son secteur agricole, car un quart des terres arables du monde se trouvent sur le continent, qui ne génère pourtant que 10% de la production agricole mondiale.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here