Les parties prenantes de la stratégie Redd+ en conclave à Brazzaville afin d’adopter un plan national d’investissement

0

Les parties prenantes à la stratégie nationale de la réduction des émissions et de la déforestation planchent depuis le lundi 24 juillet 2017 à Brazzaville sur le plan national d’investissement. Ce plan d’investissement comprend des réponses au phénomène de déforestation, notamment la réduction de l’utilisation de bois de chauffe et du charbon de bois, ainsi que la promotion de foyers améliorés.

Si l’on se fie à au journal adiac-congo.com, une réunion de consultation des parties prenantes du département de Brazzaville, des experts, cadres des départements concernés, bailleurs de fonds et leaders de la société civile, s’est ouverte le lundi 24 juillet dans la ville capitale. Cette consultation vise à soumettre aux acteurs départementaux le premier draft du plan d’investissement. Le document soumis à l’examen identifie les causes et les moteurs de la déforestation et de la dégradation des forêts, et propose des actions appropriées pour remédier au phénomène de la déforestation. En effet, pour cette activité de consultation des parties prenantes, Brazzaville boucle une série des réunions ayant débuté dans les onze départements du pays sur l’examen du document du plan d’investissement de la stratégie nationale Redd+.

Le calendrier est très serré, estime le point focal Redd+, Grégoire Nkeoua. Cette phase de consultation permettra le respect de l’échéance de décembre 2017 prévue pour l’examen par le sous-comité du programme d’investissement de la stratégie Redd+. Durant cette phase, les bailleurs de fonds seront appelés à apprécier la pertinence des différents projets contenus dans ledit plan d’investissement. « Après une période de mise en place des procédures administratives et financières, le processus d’élaboration du plan d’investissement est rentré dans sa phase cruciale, avec l’élaboration du draft et la consultation des parties prenantes », a indiqué Grégoire Nkeoua. Le département de Brazzaville est un grand centre de consommation du bois-énergie exploité principalement dans le département du Pool, avec un important déboisement. L’extension de la ville de Brazzaville au détriment des massifs forestiers périphériques constitue, selon Jean Claude Etoumbakoundou, le secrétaire général de préfecture de Brazzaville et président du comité départemental de la Redd+, l’une des nombreuses menaces. « L’utilisation du bois de chauffe et du charbon de bois par les ménages représente la plus grande source d’émission des gaz à effet de serre issue de la déforestation », a admis Jean Claude Etoumbakoundou.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here