12ème édition de la Journée intercommunautaire de l’arbre au Sénégal : bilan des 19 aires protégées

0

La localité de Babel, située dans la commune de Sindia, a accueilli, le 10 août 2017, la 12ème édition de la Journée intercommunautaire de l’arbre organisée par l’Association d’actions concertées pour l’entraide et la solidarité (Acces). C’est dans le cadre de l’exécution du Projet d’appui au développement local durable (Padld), financé par Heks-Eper (Entraide protestante Suisse). Un bilan est fait suite à la réalisation de 19 aires protégées plantées d’arbres par les groupements de promotion féminine.

La 12e édition de la Journée intercommunautaire de l’arbre, a été célébrée dans la localité de Babel, située dans la commune de Sindia mercredi 10 août 2017. Occasion pour Samba Ba, le président de Acces d’insister sur l’importance de l’arbre parrain de la région de Thiès, le khaye (khaya senegalensis) ou caïlcédrat. Selon lui, cet arbre est à sauvegarder, c’est dans cette optique qu’à la pépinière de Bandia sur 50.000 plants identifiés, un lot de 2000 est constitué de caïlcédrats. Cet arbre reste surexploité pour son écorche; ses branches sont très courues pour les cales et éperons des pirogues; autant de convoitises qui montrent que cette espèce est menacée dans la petite côte, avec la fabrication de pirogues, de meubles et la pharmacopée, a-t-on indiqué dans les colonnes de sudonline.sn. Il est revenu sur la portée de la Journée intercommunautaire et le thème: «L’arbre au cœur de la planification stratégique du développement territorial». Pour lui, la planification territoriale à travers le reboisement est une expression de l’Acte III de la décentralisation. Ainsi, il a expliqué la mission dévolue à sa structure travaillant avec les collectivités locales de Yenne, Sindia, Diass et Popenguine dans le cadre du développement durable.

La création et l’encadrement de dix-neuf groupements de promotion féminine ont permis à Acces de mettre en œuvre une option d’inter communalisation dans la gestion des ressources naturelles à travers la régénération naturelle assistée, favorisant le retour d’espèces végétales en voie de disparition comme le «Djilakh» et le «dimb», des fruits très prisés au Sénégal. Les dix-neuf aires protégées créées se retrouvent dans le domaine national pour dix-sept d’entre elles dont quatorze disposants d’actes d’affectation des collectivités locales. Les deux de Bandia Ndiorokh et de Bandia Mbambara se situent dans la forêt classée de Thiès. Antoine Mendy, le chef du service départemental des Eaux et Forêts de Mbour a cautionné la démarche d’Acces à travers la mise en œuvre de la politique forestière et des pôles territoires. Il a loué la place accordée à l’arbre symbolisé par la création de pépinières et l’engagement ou la participation à la régénération naturelle assistée de certaines espèces dans la petite côte. Elle est une zone de plus en plus impactée par la forte pression foncière et  l’urbanisation, l’occupation de l’espace liée à l’expansion des habitations en milieu rural et urbain.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here