Les Etats membres de la COMIFAC se penchent à Brazzaville sur la stratégie commune à adopter lors de la COP23

0

Les experts des pays membres de la Commission des forêts d’Afrique centrale (Comifac) sont en conclave du 28 au 30 août 2017 à Brazzaville à la faveur de l’atelier de préparation des échéances futures sous la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (Ccnucc) ;

La ville de Bonn, en Allemagne, abritera du 6 au 17 novembre prochain la 23ème  Conférence des parties à la Convention climat (COP 23). Conscients des enjeux de cette rencontre, explique adiac-congo.com, les pays membres de la Comifac ne veulent pas jouer les seconds rangs. Ainsi, l’atelier qui s’est ouvert au complexe sportif de la concorde à Kintelé permettra aux participants venus de plusieurs pays de la sous-région de, entre autres, définir des positions concertées sur les différents sujets d’intérêt  de l’agenda COP 23. Ceci en vue d’assurer une participation active, efficace et efficiente de la sous-région.

Un réel défi pour la sous-région

Le journal congo-brazzaville.niooz.fr qui cite adiac-congo.com, affirme pour sa part qu’en effet, ils auront à adopter des soumissions de vue qui seront transmises par la suite au secrétariat de la convention; élaborer une stratégie pour une participation satisfaisante de notre sous-région aux échéances futures sous la Ccnucc ; adopter une feuille de route réaliste, qui guidera les actions futures à mettre en œuvre au sortir des présentes assises. Selon le chef de projet régional GIZ d’appui à la Comifac), Martial Nkolo, l’opérationnalisation de l’accord de Paris sur la lutte contre les changements climatiques est un réel défi aujourd’hui pour la communauté internationale en général, et particulièrement la sous-région Afrique centrale. La coopération allemande au développement a fait, a-t-il rappelé, de la Ccnucc, l’un de ses axes majeurs dans son appui à la Comifac. Le secrétaire exécutif adjoint de la Comifac, Gervais Madzou, a, de son côté, rappelé qu’avec l’adoption de l’accord de Paris, l’étape des négociations était dépassée. Les échanges en cours pour adopter des mesures de son opérationnalisation devraient, a-t-il précisé, se reposer sur les réalités et difficultés rencontrées par les parties dans la mise en œuvre de leurs engagements. C’est ainsi qu’il a insisté sur le fait que le Groupe de travail climat (Gtc) devrait s’ouvrir aux expériences réussies dans tous les domaines ou secteurs de la vie sociale et économique dans la sous-région afin de servir la cause du climat. « Il y a des choses qui se font dans nos universités, nos différents laboratoires de recherche, par les organisations de la société civile. C’est vers cela que nous devons tendre pour répondre aux multiples questions que se posent nos gouvernements », a indiqué Gervais Madzou, précisant que la plupart des points actuellement en discussion sont d’intérêt certain pour l’espace Comifac.

La Comifac aura un stand à Bonn

Le secrétaire exécutif adjoint de la Comifac a, par ailleurs, annoncé que dans le cadre de la prochaine COP, l’instance sous-régionale a pris des dispositions pour réserver un stand d’exposition de 100m2 à Bonn. Cet espace permettra aux pays membres de cette instance de partager et communiquer avec les autres participants sur les expériences réussies. Gervais Madzou a, enfin, exhorté les participants à être imaginatifs quant aux actions à entreprendre par nos institutions sous-régionales et régionales. Présidant la cérémonie d’ouverture, le directeur général de l’Economie forestière, Etienne Yoyo, s’est félicité du choix du Congo d’abriter cette réunion préparatoire à la COP 23. Il espère que les objectifs de la réunion de Brazzaville seront atteints.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here