Pierre Taty appelle le secteur privé congolais à se mobiliser afin de bénéficier des prêts et garanties bancaires qu’offre le Fonds vert pour le climat

0

Le secteur privé congolais dans toute sa diversité est appelé à monter des projets éligibles et porteurs de croissance verte, afin de bénéficier des prêts et garanties bancaires qu’offre le Fonds vert pour le climat.

Pour permettre aux acteurs dudit secteur de savoir davantage sur les critères d’éligibilité, la taille et le contenu des projets susceptibles d’être financés par ce fonds, le ministère de l’Economie forestière et du développement durable a organisé, le 1er septembre à Brazzaville, un atelier de sensibilisation. « J’invite le secteur privé national à saisir cette occasion pour explorer et saisir les différentes opportunités qui s’offrent à lui, dans le cadre de ce mécanisme financier, afin de monter des projets vertueux et éligibles », a lancé au journal mediaterre.org, le directeur de cabinet du ministre de tutelle, Pierre Taty. D’après ce dernier, le Congo, dont le territoire est couvert à 65% de forêt et de bien d’autres ressources naturelles, est bien placé pour prétendre bénéficier des retombées de ce mécanisme financier, à travers des projets pertinents.

Rappelons qu’en 2015 à Paris, la communauté internationale avait adopté un accord historique sur les changements climatiques, qui entrera en vigueur en 2020. Il s’agit dans ce cadre d’accroître la capacité des pays à faire face aux impacts des changements climatiques à travers la mise en œuvre d’actions pertinentes programmées au niveau national. Ces investissements d’envergure et des flux financiers appropriés ne devraient pas être seulement consentis par des pouvoirs publics et le secteur privé.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here