« La GIRE constitue aujourd’hui un défi majeur à relever autant pour l’équilibre de la biodiversité que pour l’atteinte des ODD », dixit Mahamadou Baldé

0

Parmi les grandes catégories des Objectifs du développement durable (Odd), figure en bonne place l’accès durable en eau. C’est du moins ce qu’a affirmé Mahamadou Baldé, économiste de l’environnement par ailleurs président de l’Observatoire des valeurs sociétales et éthiques des organisations (Ovseo) à l’occasion de la célébration de la 5ème édition des trimestriels de l’Observatoire sous le thème : « Gestion intégrée des ressources en eaux (Gire) : Accès durable à l’eau, conflits et perspectives » mardi 31 octobre 2017 à Dakar.

La Gestion intégré des ressources en eau s’inscrit dans le cadre du premier axe stratégique de l’Ovseo à savoir l’axe développement durable et environnement avec un focus particulier sur les questions liées au changement climatique. Les enjeux socio-économiques et écologiques sont considérables pour un accès aux besoins primaires de l’être humain avec une conservation des écosystèmes qui passent entre autre par l’assainissement, l’agriculture l’élevage, la pêche et l’énergie. M. Baldé qui prononçait le discours inaugural de la célébration de la 5ème édition des trimestriels de l’Observatoire des valeurs sociétales et éthiques des organisations (Ovseo) mardi 31 octobre 2017 à Dakar sous le thème : « Gestion intégrée des ressources en eaux (Gire) : Accès durable à l’eau, conflits et perspectives », reconnait que l’eau qui permet une bonne mise en œuvre de ces activités humaines est source de conflits. « La raréfaction de l’eau et des menaces de pénuries d’eau font que cette denrée essentielle à la vie, à la survie de notre espèce est aussi malheureusement source de conflits. La géopolitique de l’eau peut être source de conflits entre Etats. On a aussi des conflits qui sont observés entre agriculteurs et éleveurs : les uns en ont besoin pour leur bétail, les autres pour leur champ mais également des pollutions dues aux activités de production comme des productions industrielles qui dégagent parfois les rejets dans l’eau, cette même eau qui peut après polluer les champs. La pollution due aux activités agricoles occupe aussi une place de choix dans ce conflit comme des pesticides qui peuvent affecter les lits des fleuves », s’inquiète le président de l’Ovseo par ailleurs directeur de publication de VivAfrik. Qui conclut que c’est dans ce contexte que l’Observatoire des valeurs sociétales et éthiques des organisations tient ce forum sur la gestion intégrée des ressources en eau, qui à leur sens, est un outil qui permet dans une démarche conciliante et à travers une gouvernance intégrant toutes les parties prenantes d’arriver à des solutions efficientes et durables.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here