Un projet sur LULC voit le jour en Afrique de l’Ouest

0

Les pays oust africains se dotent d’un nouveau projet sur l’utilisation et l’occupation du sol (Lulc). Ce bijou, financé par l’Agence des Etats unis pour le développement international (Usaid) présente de nouvelles images dynamiques jamais vues auparavant.

Pour consolider cette dynamique, un atelier de formation interactive sur les données d’impact, sur l’utilisation et l’occupation des terres est organisé à Dakar au Sénégal les mercredi 13 et jeudi 14 décembre 2017. Cette rencontre a pour objectif de « stimuler les discussions et les actions qui sous-tendront la durabilité du programme sur l’utilisation et l’occupation des sols. Financé par l’Usaid, il (Ndlr : projet) concerne la durabilité, la conformité aux accords internationaux, le soutien aux initiatives régionales et le renforcement de capacités ». Une vision qui est en phase avec l’Atlas intitulé «Les paysages de l’Afrique de l’Ouest : Une fenêtre sur un monde en pleine évolution », pur produit de ce projet, montre clairement des changements remarquables dans 24 catégories d’utilisation et d’occupation du sol à l’aide d’images satellitaires collectées dans une série temporelle depuis le milieu des années  60, 1975, 2000 et 2013.

Les paysages de l’Afrique de l’Ouest sont sérieusement affectés par les activités humaines et l’effet néfaste du changement climatique. Pire, ils sont en proie à la dégradation des sols et à la déforestation. Preuve, au cours des 30 dernières années, le Sahel et la région ouest africaine ont connu des perturbations climatiques significatives dues aux sécheresses et aux inondations dévastatrices. Une situation qui a contraint l’Usaid/Afrique de l’Ouest, le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (Cilss) et l’United states geological survey (Usgs) a documenté près de 50 ans de changement dynamique en matière d’utilisation et d’occupation des terres dans la région. A l’heure actuelle, les résultats de leur recherche sont en ligne et gratuitement disponibles pour les communautés scientifiques et les populations.

Le premier atelier de formation interactive  précédé du  lancement de l’Atlas a eu lieu à Ouagadougou au Burkina Faso en juillet 2017. Le lancement a permis d’informer les décideurs  de l’Afrique de l’Ouest, les partenaires techniques et financiers et les responsables des quatre pays (Burkina Faso, Niger, Mali et Tchad) sur comment les cartes de séries temporelles de l’atlas pourraient être utilisées comme outils de surveillance de l’environnement et comment les décideurs pourraient utiliser l’information sous forme de plan d’actions pour relever les défis environnementaux de la région.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here