Mine-Côte d’Ivoire : le respect de l’environnement et la RSE à l’honneur

0

« Il est important pour la compagnie de garder à l’esprit les objectifs en matière d’environnement et de responsabilité sociétale. Cela doit demeurer parmi les priorités ». Tel est l’appel lancé par Jean-Claude Brou, ministre ivoirien de l’Industrie et des Mines à l’égard de son cabinet et envers les responsables de la société LGL MINE-CI SA du groupe Newcrest au profit du renouvellement de la convention relative à l’exploitation de la mine d’or de Bonikro, près d’hiré.

Le PDG de l’entreprise minière ivoirien Stephen perkins a indiqué que « la signature du renouvellement de la convention minière de Bonikro est en effet un signe distinctif de la relation de partenariat entre le gouvernement et Newcrest Mining Limited dans notre pays ». A l’en croire, l’exploitation de cette mine, la première en Côte d’Ivoire fonctionnant par mode de lixiviation en cuve industrielle est une bonne illustration de la vision de Newcrest d’être la compagnie minière de choix. Cette convention qui a été paraphée par Jean-Claude Brou et Stephen perkins vise à assurer une stabilité fiscale pendant l’exploitation tout en garantissant des recettes justes à l’État, relaye un communiqué publié par le ministère. Et Stephen perkins de saluer le gouvernement pour le nouveau dynamisme impulsé au secteur minier ivoirien grâce au nouveau code minier adopté en 2014.

Satisfait de la production minière depuis 2007 en Côte d’Ivoire, M. Brou a soutenu que « c’est le lieu d’indiquer que l’usine de traitement de LGL Mine C-I SA a permis de rentabiliser l’exploitation du gisement marginal localisé au sud-est de la ville de Hiré par la société Newcrest Hiré SA », dira-t-il. Depuis le 3 mai 2007 – date de la signature de la première convention jusqu’à la fin 2017, la mine a produit a produit 30 tonnes d’or et généré plus de 522 emplois, selon le communiqué. Qui précise que les taxes payées à l’État sur la période sont estimées à plus de 32 milliards de FCFA.

Les données du ministère indiquent que la société a également investi 4,5 milliards de FCFA pour le développement économique et social au profit des communautés riveraines, notamment la construction et l’équipement d’écoles, de centres de santé ainsi que la réalisation de projets agropastoraux.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here