Le Sénégal pourrait introduire les NTI dans les pêcheries

0

La direction sénégalaise de la protection et de la surveillance des pêches envisage se servir des Nouvelles technologies de l’information (Nti) pour améliorer le système de suivi des pêcheries du pays. C’est l’affirmation véhiculée mercredi 14 février 2018 par le directeur de ladite structure, le capitaine de vaisseau Mamadou Ndiaye à Dakar. M. Ndiaye s’exprimait lors du lancement officiel d’un projet intitulé « Utilisation des nouvelles technologies pour une gestion durable des pêcheries au Sénégal ».

NTI et gestion durable des pêcheries

« L’importance de la pêche au Sénégal n’est plus à démontrer, car elle peut être appréciée à travers divers facteurs majeurs, notamment la sécurité alimentaire, la création d’emplois ou la contribution au PIB (Ndlr : Produit intérieur brute) », a-t-il déclaré.

D’après le capitaine de vaisseau, la direction de la protection et de la surveillance des pêches est en train de s’interroger sur les voies et moyens de recourir aux nouvelles technologies pour une gestion durable des pêcheries.

Le projet est inspiré par un bilan établi en 2017 suite à un « nombre considérable d’accidents », des statistiques qui ont amené les pouvoirs publics à prendre une série de mesures pour prendre en compte ces difficultés. Pour se faire, Mamadou Ndiaye a annoncé la mise à disposition de gilets de sauvetage à des prix subventionnés, le remplacement des pirogues en bois en pirogues en fibre de verre.

La cogestion des pêcheries artisanales

S’exprimant sur la gestion de la ressource halieutique, M. Ndiaye informe qu’un plan d’aménagement des pêcheries a été mis en place. Il est axé sur la cogestion des pêcheries artisanales à partir d’une approche participative associant l’acteur dans un effort de surveillance doublé d’initiatives locales de gestion de la ressource halieutique.

« Il s’agira d’aider à la formulation de ce projet et de faire l’état des lieux des contraintes, d’identifier les nouvelles technologies utiles à une gestion durable des pêcheries au Sénégal, de créer une dynamique de collaboration entre les différentes structures intervenant » dans ce secteur, a laissé entendre le capitaine de vaisseau. Parlant de la méthodologie, il a à « développer une approche participative inclusive, une réflexion pluridisciplinaire, une approche factuelle et la recherche d’impacts concrets et utiles pour les communautés, les structures et les acteurs impliqués ».

La direction de la protection et de la surveillance des pêches a enfin plaidé pour des mécanismes de pérennisation des résultats du projet qui devrait contribuer à l’amélioration du système d’information nécessaire au suivi, au contrôle et à la surveillance des pêcheries.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here