Le PAM s’érige contre la faim dans le monde

0

Le Programme alimentaire mondial (Pam), considéré comme étant la plus grande agence humanitaire de lutte contre la faim dans le monde, emploie tous ses moyens pour fournir la nourriture à l’humanité toute entière si le besoin se fait sentir.

L’organisation onusienne qui intervient principalement dans des zones de conflits ou celles ravagées par les catastrophes naturelles tente de circonscrire son rôle. « Dans les situations d’urgence, nous dépêchons la nourriture là où elle fait défaut pour sauver les vies des victimes de guerre, de conflits et de catastrophes naturelles. Une fois l’urgence passée, nous utilisons la nourriture pour aider les communautés à se reconstruire », a précisé le Pam qui est entièrement financé par des contributions volontaires dans site internet.

La mission du Programme alimentaire mondial est d’œuvre pour un monde où chaque homme, femme et enfant accède en permanence et à suffisamment à la nourriture pour mener une vie saine et active. Ainsi, « pour atteindre cet objectif, nous œuvrons, aux côtés de nos agences onusiennes partenaires basées à Rome – l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Fonds international pour le développement agricole (Fida) – ainsi que nos gouvernements et ONGs partenaires », poursuit l’organe créé en 1961.

Chaque année, le Pam nourrit plus de 80 millions de personnes dans près de 80 pays. Environ 11.500 personnes travaillent pour cette institution, la plupart d’entre elles dans des lieux très reculés, au contact direct des populations les plus démunies et sous-alimentées.

Le Pam a quatre objectifs stratégiques tels que sauver des vies et protéger les modes de subsistance dans les situations d’urgence ; soutenir la sécurité alimentaire et la nutrition et (re)construire des moyens de subsistance dans les milieux fragiles et des suivant les situations d’urgences ; réduire les risques et permettre aux personnes, aux communautés et aux pays de satisfaire leurs propres besoins alimentaires et enfin l’axe visant à réduire la malnutrition et briser le cycle intergénérationnel de la faim.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here