Angola : initiative transfrontalière de préservation et de conservation de la Forêt de Mayombe

0

La situation de l’Initiative transfrontalière de conservation de la Forêt de Mayombe, un projet impliquant les Républiques d’Angola, Démocratique du Congo et du Congo-Brazzaville, a été révisée jeudi 28 Juin dans la ville de Nang, au Vietnam, en marge de la 6ème Assemblée du Fonds Mondial pour l’environnement mondial (FEM).

Lors de la réunion de concertation, dans laquelle l’Angola a été représenté par la ministre de l’Environnement, Paula Francisco, les ministres ont exprimé le besoin de rétablir cette initiative le plus tôt possible, vu qu’il y a eu des changements des ministres de l’Environnement de trois pays (Angola, Congo démocratique et Congo Brazzaville).

Au cours de la réunion, la République du Gabon a réitéré sa volonté d’intégrer l’initiative en vue de contribuer à la préservation et conservation de la Forêt de Maiombe, le deuxième plus grand poumon du monde.

L’Angola, en tant que président de cette initiative, a proposé une rencontre technique, où sera évalué tout ce qui a été fait, autour de l’initiative, dont le rapport préparé par les experts sera soumis aux ministres de l’Environnement, afin qu’il soit remis à la considération supérieure pour la décision finale.
La réunion de concertation a réuni des représentants du Programme du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), de la direction régionale de la Commission des Forêts de l’Afrique Centrale (COMIFAC), parmi d’autres partenaires internationaux, qui ont exprimé leur soutien aux mesures qui seront prises en faveur de l’initiative.

L’Initiative transfrontalière de conservation de la Forêt de Maiombe compte sur plus de 290.000 hectares.

Depuis la signature du protocole d’accord tripartite (Angola, Congo démocratique et Congo Brazzaville) en 2009, sous la présidence de l’Angola, des progrès ont été enregistrés, notamment des études de faisabilité qui déterminent les corridors biologiques, l’élaboration d’instruments juridiques qui protègent la réserve transfrontalière de Maiombe.

Dans le cadre de la création de cette réserve transfrontalière de Maiombe, il était prévu d’établir et de relier les cinq réserves ou parcs existants le long de la ceinture verte alimentée par le bassin du Congo dans ces pays, avec des arbres dépassant 50 mètres.

De la part de l’Angola, ces zones se connecteront avec le Parc National de Cabinda, créé dans l’espace qui appartient à la forêt de Maiombe.

Une étude relative à l’utilisation du sol et à sa cartographie à travers toute l’extension de Maiombe, son potentiel environnemental et biologique de tous les écosystèmes transzonaux, la cartographie par satellite, pour approfondir la connaissance de la vaste étendue de cette forêt, ont été certains des documents déjà préparés par des experts nationaux (trois pays) et internationaux de l’Organisation Mondiale pour la Conservation de la Nature (UICN) et du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE).

La préservation de la forêt de Maiombe au niveau de la planète est de la plus haute importance car cet écosystème fournit à l’humanité de nombreux services écosystémiques et environnementaux indispensables. (angop)

Laisser un commentaire