La « génération climat » se mobilise en France au profit de l’environnement

0

18 500 personnes selon la police française et 50 000 personnes selon une estimation de l’ONG 350.org ont arpenté les rues et ruelles de Paris, la capitale de la France samedi 8 septembre 2018 pour défendre l’environnement. Cette initiative était lancée par des ONG écologistes, mais aussi par des citoyens sur les réseaux sociaux. Et parmi les manifestants, beaucoup de jeunes. Le changement climatique est une préoccupation que certains disent connaitre depuis l’enfance. Ils se définissent même comme la « génération climat ».

« On est une génération qui prend vite conscience que l’écologie, c’est une question importante. On essaie de mettre ça en place à notre échelle, au quotidien. »

Mathilde François a 19 ans, elle est étudiante à Science Po, et elle brandit une pancarte avec une inscription en rouge et vert. « Le réchauffement climatique, c’est pas automatique. On a écrit ça parce qu’on pense qu’on peut lutter contre le réchauffement climatique, qu’on peut l’enrayer. Encore faut-il mettre en place des politiques publiques qui soient plus écologiques. Parce que ce qu’on fait à l’heure actuelle, ce n’est pas suffisant. On va droit dans le mur. »

On va droit dans le mur, c’est aussi l’avis de Rodrigo Concalvez, 24 ans, éducateur dans un centre de loisirs en banlieue parisienne. « On est là pour dénoncer un système qui ne peut plus durer. Il faut bien intégrer le fait que l’écologie ne va pas avec le capitalisme et le libéralisme. On ne peut pas faire des sous à tout va aux dépens du climat et de l’environnement. J’ai 24 ans et je me rends compte que rien ne va plus. »

C’est la génération climat qui descend dans la rue aujourd’hui, confirme ce jeune éducateur. « Je crois que notre génération est de plus en plus consciente. Dans mon entourage, de plus en plus de jeunes sont vraiment dans l’écologie. Vraiment. »

Et cette nouvelle génération compte bien prendre la relève et remplacer le vieux monde avec son productivisme, ses énergies et transports du passé. Les manifestants rassemblés à Paris réclament des décisions politiques pour faire bouger les lignes et demandent que le gouvernement change complètement sa ligne pour que l’écologie et le climat prime sur toutes les décisions.

Cette marche répondait à un appel citoyen lancé sur Facebook par Maxime Lelong, un journaliste et entrepreneur de 27 ans, qui a décidé d’agir après la démission du ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot. « Ce qui a fait déclic, pour moi, ce n’est pas l’échec d’un homme mais l’échec d’un ministre qui dit : « le gouvernement dans lequel je suis ne considère pas le climat comme une priorité et donc je n’arriverais pas à mener mes missions à bien ». Et c’est pour ça que, pour moi, la nomination de François de Rugy ne changera rien. Ce n’est pas lui qui fera la différence. »

Si on n’arrive pas à faire comprendre au gouvernement qu’il faut radicalement changer les choses et change de système, arrêter une course à la croissance peu importe le prix qu’on doit payer pour ça, on changera rien.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here