Journée mondiale de la couche d’Ozone : la déclaration du gouvernement ivoirien

0

Le Pr Joseph Séka Séka nommé Ministre de l’Environnement et du Développement Durable le 10 juillet 2018 par le Président Alassane Ouattara sur proposition du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly a procédé à la lecture de la déclaration du gouvernement ivoirien sur la protection de la couche d’ozone le 16 Septembre dernier à l’occasion de la célébration de la journée internationale de la protection de cette couche.

Voici la déclaration intégrale du gouvernement ivoirien

Ivoiriennes, Ivoiriens, chers Compatriotes.

La Côte d’Ivoire, à l’instar de la Communauté Internationale célèbre le 16 septembre, la Journée Internationale de la Protection de la Couche d’ozone, proclamée par l’Assemblée Générale des Nations Unies dans sa résolution 49/114, adoptée le 19 décembre 1994.

Le thème retenu cette année est « Gardons la tête froide et poursuivons nos efforts ».

Pour comprendre ce thème retenu, il convient de rappeler que depuis plus d’un quart de siècle, l’un des plus grands défis posés à l’humanité est l’appauvrissement de la couche d’ozone qui protège la vie sur terre des rayons ultraviolets nocifs émis par le soleil. Si en plus, cette couche venait à disparaître, les rayons ultraviolets du soleil stériliseraient la surface de la terre, anéantissant toute vie présente et future.

Fort heureusement, face à cette catastrophe planétaire prévisible, la réaction a été internationale. En effet, sous les auspices de l’ONU-Environnement, a été adopté en 1987 le Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone pour apporter une solution adaptée et efficace.

Fait sans précédent en matière d’environnement, les 197 Etats qui composent la Communauté Internationale ont ratifié cet Accord.

La coopération internationale ainsi née entre les Etats Parties au Protocole de Montréal a permis, au cours des trois dernières décennies, à la couche d’ozone qui préserve toute forme de vie sur la planète terre sous le soleil, d’être en bonne voie de rétablissement et devrait se reconstituer d’ici le milieu du siècle.

En terme de résultats concrets obtenus : plus de 98 pour cent des substances appauvrissant la couche d’ozone sont déjà éliminées et le trou dans la couche d’ozone a diminué d’une superficie équivalente à celle de l’Inde empêchant ainsi des dommages massifs à la santé humaine et à l’environnement en général des rayons ultraviolets du soleil. De plus, précisent les Scientifiques, jusqu’à 20 millions de cas de cancer de la peau et de la cataracte sont évités tous les ans.

Par ailleurs, le Protocole de Montréal est également l’un des principaux contributeurs à la lutte contre le changement climatique, car il a permis d’éviter plus de 135 milliards de tonnes d’émission équivalentes de dioxyde de carbone de 1990 à 2010.

Les résultats très satisfaisants obtenus dans le monde entier en application du Protocole de Montréal doivent être non seulement être maintenus et entretenus mais aussi il importe de poursuivre les efforts pour l’élimination des substances appauvrissant la couche d’ozone restantes. C’est là que le thème retenu pour cette année « Gardons la tête froide et poursuivons nos efforts » prend tout son sens.

En effet, aujourd’hui, il s’agit de l’élimination des hydrochorofluorocarbones (HCFC) ou encore fréons 22 utilisés encore et en grande quantité dans l’alimentation des climatiseurs, des centrales de climatisation et des entrepôts frigorifiques souvent indispensables dans les contrées à climat tropical comme la Côte d’Ivoire et dont la fin de la consommation est prévue pour 2030.

C’est aussi le cas de l’élimination des hydrofluorocarbures (HFC) ou fréons 134a utilisés actuellement dans la production du froid et qui fait l’objet de l’Amendement de Kigali au Protocole de Montréal, adopté le 15 octobre 2016 et qui entrera en vigueur le 01 janvier 2019.

Notre pays, après la ratification du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone le 30 novembre 1992, a comme tous les Etats Parties, suivi le mouvement d’ensemble pour la restauration de la couche d’ozone aux fins de maintenir toute forme de vie sur terre et sous le soleil.

En tout état de cause, il a pris part à toutes les actions qui ont été menées sur le plan national et international prescrites par le Protocole de Montréal.

Chers compatriotes,

Sur le plan national, les activités d’élimination des substances qui appauvrissent la couche d’ozone (SAO) consommées en Côte d’Ivoire, conduites par le Bureau Ozone et sous l’autorité du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable ont été un véritable succès. Pour preuves les substances appelées Chlorofluorocarbones (CFC) et communément connues sous le nom de fréons en Côte d’Ivoire et utilisées dans la production du froid, la fabrication de la mousse et les aérosols ont été éliminées depuis le 1er janvier 2010, les halons pour l’extinction des incendies en 2005 et surtout le bromure de méthyle pour le traitement du cacao stocké avant exportation en 2015.

Ces résultats ont pu être atteints grâce à l’appui financier et technologique du Fonds Multilatéral de Montréal et à l’assistance de l’ONU-Environnement et l’ONUDI comme Agence d’exécution. Le Gouvernement de la Côte d’Ivoire tient ici et par ma voix à les remercier officiellement.

Par ailleurs, il est heureux de vous annoncer avec fierté que le succès enregistré par notre pays dans son effort de protection de la Couche d’Ozone lui a valu deux distinctions en 2012 et 2013 par l’ONU – Environnement.

C’est donc le lieu de réaffirmer que le Gouvernement est déterminé à poursuivre ses efforts sans relâche.

Comme par anticipation au thème proposé par l’ONU–Environnement, la Côte d’Ivoire a :

             ratifié l’Amendement de Kigali au Protocole de Montréal relatif aux substances qui appauvrissent la couche d’ozone pour règlementer la consommation des HFC le 20 novembre 2017 ;

             implanté un Centre d’Excellence en Formation de Froid au Centre de Perfectionnement aux Métiers de Mécanique et d’Electricité (CPMME) de Koumassi.

C’est un Centre unique de formation en Froid, haut de gamme, dans la sous-région. Il a été inauguré le 26 juin 2018 par la formation des Formateurs en froid.

Chers compatriotes, mobilisons-nous pour mener tous ensemble le combat pour la survie de l’humanité toute entière sous le soleil aujourd’hui et demain.

Je vous remercie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here