Les étudiants du Bénin sensibilisés sur la gestion de l’eau

0

L’Amphi Houdégbé de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) au Bénin a servi de tribune pour le groupe panafricain de communication sur l’eau (Eau Afrique) et la coopération allemande à travers son programme sectoriel eau, hygiène et assainissement (Proseha GIZ) pour organiser lundi 10 décembre 18 la dixième édition de Water school et la deuxième édition de Eau ciné.  

L’objectif global de ce double événement est d’éduquer et d’éveiller la conscience des étudiants et des populations sur la bonne gestion de ce précieux liquide.

« L’eau étant le sixième objectif du développement durable, le gouvernement met un accent particulier sur l’accès à l’eau potable et le traitement des eaux usées. Raison pour laquelle, eau et assainissement occupent une place de choix dans le programme d’actions du gouvernement » a déclaré le directeur de cabinet du ministre en charge de l’eau Emmanuel Lawin. A l’en croire, le gouvernement atteindra cet objectif d’ici à 2021, soit 10 ans avant l’échéance prévue.

Le manager de « Eau Afrique » Cyprien Fabilé, a expliqué pour mieux faire passer leur message, qu’il a été initié depuis le 20 novembre dernier, une caravane qui a déjà parcouru six (06) communes dans la Donga et l’Atacora et qu’en janvier prochain, six autres communes dans les départements de l’Ouémé, du Plateau, du Couffo et du Mono seront parcourues.

Autour du thème « Eau, qualité et santé », la rencontre a permis la formation des étudiants en hydrologie, sociologie, géographie, droit et journalisme. Ainsi, à travers trois ateliers, les participants ont été sensibilisés sur l’hygiène et l’assainissement, et en l’occurrence les bons comportements à adopter pour une gestion efficiente de l’eau. Et pour ce faire, en vue d’édifier les participants, pour enfin susciter le débat, il a été procédé à la projection d’un film documentaire intitulé « Descente en eaux usées ».

Quant au Festival panafricain de film documentaire Eau ciné, il vise à émerger une émotion à partir du film « Descente en eaux usées », qui interpelle, et à favoriser le débat et l’échange pour éveiller la conscience des populations. Pour le manger de Eau Afrique, il faut éveiller la conscience des étudiants afin qu’ils puissent propager le message dans leurs milieux respectifs.

« Nous attendons des étudiants et de la population un changement de comportement », poursuivra-t-il. Car, à ses dires, le cinéma est un puissant moyen de sensibilisation et de communication pour un changement de comportement ». A en croire la chargée du Proseha, Helga Fink, le défi de l’accès et de la bonne gestion de l’eau est à relever car fait-elle remarquer, il faut de l’eau en quantité et en qualité pour la vie sur terre. Ainsi, selon ses propos, pour la bonne gestion de l’eau, il urge pour chacun, de jouer sa partition et de limiter les effets des changements climatiques. Et pour relever ce défi, elle recommande l’investissement dans la création et l’innovation, afin de trouver une solution,  car sans eau, il n’y a pas de végétation et vice versa.

« Le  gouvernement met un accent particulier sur l’accès à l’eau potable et le traitement des eaux usées, a laissé entendre Emmanuel Lawin, directeur de cabinet du ministère de l’eau et des mines. Ce qui justifie, selon ses propos, la place de choix accordée à l’eau et l’assainissement dans le Programme d’actions du gouvernement. « Le gouvernement du président Talon, atteindra ce 6ème objectif du développement durable d’ici 2021, soit 10 ans avant l’échéance prévue », a déclaré le Directeur de Cabinet. « L’eau procure la vie quand elle est de bonne qualité. Et la santé est au centre de toutes nos actions »,  a expliqué le 2ème vice-recteur de l’Uac, pour sa part.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here