Le Maroc satisfait de sa participation à la COP24

0

A l’instar de 195 pays, le Maroc a participé avec brio à la 24ème conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP24) qui s’est tenue du 2 au 14 décembre 2018 à Katowice en Pologne. Une délégation conduite par Moulay Rachid a fait le déplacement pour prendre part aux négociations censées finaliser la concrétisation de l’Accord de Paris.

D’après la Secrétaire d’Etat chargée du Développement durable du Maroc, Nezha El Ouafi, la participation marocaine à la COP24, a été portée par la mobilisation de tous les partenaires nationaux engagés dans la lutte contre les changements climatiques dans le cadre de la dynamique que connait le Maroc durant les dernières années.

Mme El Ouafi qui s’est exprimé, jeudi 27 décembre 2018 lors de la réunion hebdomadaire du conseil de gouvernement sur la participation du Maroc à la COP24. A l’occasion de cette rencontre, Mustapha El Khalfi, porte-parole du gouvernement a relevé que cette participation a été également portée par les moyens financiers et techniques mobilisés par les différents programmes dédiés à la lutte contre les changements climatiques ainsi que par la reconnaissance internationale du leadership du Royaume dans la coopération Sud-Sud.

Pour le Maroc, cette COP24 a permis de « consolider l’engagement mondial, qui a d’ores et déjà été pris, sur cette problématique. Aujourd’hui, Il ne s’agit plus seulement de renouveler nos engagements. Il nous paraît désormais, essentiel de prendre des mesures concrètes et volontaristes, particulièrement par une mobilisation constante, en faveur des pays en développement, en termes de transfert de technologie et de respect des engagements de financement pris à leur égard », avait fait savoir Mohammed VI, dans un message lu par le prince le 3 décembre 2018 à Katowice.

Suffisant pour M. El Khalfi de noter, dans un communiqué lu lors d’un point de presse à l’issue de ce conseil, que cette conférence a été marquée par le message adressé par SM le Roi Mohammed VI aux participants, dont lecture a été donnée par SAR le Prince Moulay Rachid, et qui a insisté sur l’engagement du Maroc à poursuivre ses efforts aux niveaux national, continental et international en matière de lutte contre les changements climatiques, en rappelant dans ce cadre l’« Appel de Marrakech » et le « Partenariat de Marrakech pour une action environnementale », précisant que ce message a également mis l’accent sur l’importance d’apporter le soutien nécessaire aux pays africains et sur la nécessité d‘instaurer une solidarité entre les Etats pour bâtir un modèle de développement à même de faire face aux défis du changement climatique.

De son côté, la secrétaire d’Etat a ajouté que le Maroc a été choisi comme membre du conseil d’administration du mécanisme de développement propre dans le cadre du protocole de Kyoto, en plus de son classement au deuxième rang, après la Suède, en matière de lutte contre les changements climatiques et de promotion des énergies renouvelables.

Elle a également fait observer que le stand marocain a enregistré la participation de 1450 personnes de tous les continents, notamment d’Afrique, et représentant les institutions publiques, le secteur privé, les instituts de recherche scientifique, la société civile, en plus de certaines personnalités de renom, précisant que 15 activités parallèles ont été organisées en coordination avec les partenaires nationaux pour mettre en relief les efforts déployés par le Maroc dans le domaine de la lutte contre les changements climatiques, en particulier les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, le transport durable, les villes intelligentes, l’eau, l’innovation, l’éco-tourisme, l’économie verte et la coopération Sud-Sud.

Des rencontres bilatérales et multilatérales avec les partenaires du Royaume ont été également initiées qui ont tous rendu hommage au leadership du Royaume dans la lutte contre les changements climatiques sous la conduite éclairée de SM le Roi, a-t-elle poursuivi.

Mme El Ouafi a relevé que la COP24 a enregistré la participation de 18.420 personnes, dont 275 venant du Maroc et représentant les secteurs gouvernementaux, les établissements publics, le parlement, les chercheurs et le secteur privé.

Concernant les résultats de la conférence, la secrétaire d’Etat a indiqué que les participants ont adopté plusieurs mesures et recommandations concernant la réduction des émissions à effet de serre, l’adaptation aux changements climatiques et la contribution des pays industrialisés et ceux en développement à cet effort mondial, en tenant compte des capacités et des spécificités nationales des pays en développement, précisant qu’un financement de 100 milliards de dollars annuellement a été décidé à l’horizon 2020 pour contribuer à la lutte contre les changements climatiques.

Le Fonds vert pour le climat et le Fonds pour l’environnement mondial ont été également encouragés à augmenter leur aide aux pays développés pour réussir leur adaptation aux changements climatiques, a-t-elle affirmé, soulignant que les participants ont aussi adopté des mesures pour favoriser la transparence dans l’utilisation des financements et la souplesse de l’aide en faveur des pays en développement, de manière à assurer leur contribution aux efforts mondiaux destinés à mettre en œuvre les engagements de l’Accord de Paris sur les changements climatiques.

La secrétaire d’Etat a annoncé que son département va entreprendre plusieurs mesures concernant la mise en œuvre des programmes de la participation nationale auto-financée (17 pc), l’élaboration des programmes inscrits dans le cadre de cette participation nationale et leur présentation aux bailleurs de fonds internationaux en vue de bénéficier des financements prévus à cet effet, l’adoption du plan national d’adaptation et sa mise en œuvre aux niveaux national et territorial ainsi que le renforcement du Centre des compétences du changement climatique pour accompagner les acteurs dans le domaine du changement climatique aux niveau national et africain dans le cadre de la coopération Sud-Sud et de la coopération tripartite, précisant qu’enfin que Roi s’était désolé du fait que le « continent africain est frappé de plein fouet par les impacts négatifs du changement climatique, alors même qu’il n’est pas responsable de cette situation inéquitable ».    

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here