Le Cameroun boucle le dossier financier du projet hydroélectrique Nachtigal

0

La dette de 916 millions d’euros, soit environ 600,896 milliards de FCFA, de dette, sur les  1,26 milliard d’euros, soit  826,560 milliards de FCFA, nécessaires pour la construction d’une centrale de 420 MW, vient d’être conclue entre le Cameroun et ses principaux partenaires.

Le 24 décembre 2018, un accord financier a été conclu entre la société du projet hydroélectrique Nachtigal, la Nachtigal Hydro Power Company (NHPC) et l’IFC, qui a coordonné la mobilisation des fonds nécessaires au lancement du projet. C’est ce qu’a appris  vivafrik.com ce 8 janvier 2019 de sources officielles à Emerging Africa Infrastructure Fund (EAIF), l’un des bailleurs de fonds du projet avec un apport de 50 millions d’euros (32,8 milliards de FCFA) sous forme de prêt d’une durée de 18 ans.

Pour le directeur exécutif de l’EAIF, Emilio Cattaneo, « Nachtigal est un grand projet capable de transformer l’économie du Cameroun et d’améliorer les conditions de vie des habitants du pays par la production, pendant de nombreuses décennies de l’énergie propre et verte. Il s’agit d’un exemple parfait de la manière dont les entreprises PIDG utilisent des financements mixtes provenant de sources publiques et privées pour apporter des avantages économiques, commerciaux et sociaux durables. » L’engagement de l’EAIF dans ce projet est motivé, selon Emilio Cattaneo, par la promesse de l’imminence du démarrage des travaux de terrassement et de génie civil.

Pour ce qui est de cet ouvrage dont la livraison prévue pour 2023, il comprend un barrage et une usine hydroélectrique de 420 MW sur le fleuve Sanaga au niveau des chutes de Nachtigal, à 65 km au nord-est de Yaoundé et une ligne de transport d’électricité de 50 km. L’énergie produite par la centrale représentera environ un tiers de la production électrique du Cameroun.

Pour rappel, au départ, la NHPC était constituée de trois actionnaires à savoir Electricité de France (EDF) pour 40%, l’Etat du Cameroun (30%) et IFC (30%). Avec l’accord conclu le 24 décembre 2018, ils sont désormais cinq actionnaires : EDF(40%), IFC(20%), Etat du Cameroun (15%), Africa50 (15%) et STOA (10%).

Bernard Bangda / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here