RDC : Félix Tshisekedi s’érige contre la déforestation et le réchauffement planétaire

0

Freiner la déforestation en interdisant le déboisement et lutter contre le réchauffement de la planète en proposant les solutions alternatives de production de charbon à base des plantes sont les défis majeurs du président de la République démocratique du Congo (RDC).

Prenant part au  « Sommet pour une seule planète » (One Planet Summit) qui s’est tenu du 13 au 14 mars 2019 à Nairobi au Kenya, le Chef de l’Etat Congolais Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a appelé à la sensibilisation et à l’interdiction du déboisement afin de contribuer efficacement à la lutte contre la déforestation. Affirmant que la solution contre la déforestation et le réchauffement climatique repose sur la sensibilisation et l’interdiction du déboisement.

Le dirigeant du Congo a fait savoir son point de vue dans sa réponse, en tant que panéliste, alors qu’il répondait aux questions des organisateurs sur la lutte contre la déforestation. Selon lui, la lutte contre le réchauffement climatique doit être permanente et la RDC a un rôle particulier à y jouer.

Une position qui oblige le Chef de l’État congolais a proposé comme solution alternative, la production de charbon à base des plantes, en lieu et place de charbon de bois. Pour encourager et démontrer l’importance de cette proposition, il a,  dans sa délégation, un jeune entrepreneur doué sur cette matière de production de charbon à base des plantes.

Par ailleurs, tous les experts et gouvernants se sont accordés, en marge de ce sommet, de dire que les forêts et les rivières constituent des poumons qui feront que la planète soit vivante. « Il n’y a pas de plan B pour ce grand  défi parce qu’il  n’y a pas de planète B », ont martelé les différents panélistes.

Le Président Félix Tshisekedi a participé à ce sommet aux côtés de ses homologues de France et du Kenya et de près de 500 décideurs du monde entier, en marge de la 4ème  Assemblée générale du Programme des Nations Unies pour l’environnement qui s’est ouvert jeudi à Nairobi.

Organisées en prélude de la grande assemblée générale de l’UNEP, ces assises ont constitué un moment de réflexion collective sur l’épineuse question du changement climatique. L’Afrique est le continent qui contribue le moins à la pollution mais subit le plus ses effets néfastes. L’une des conséquences est l’assèchement du Lac Tchad.

Moctar FICOU / VivAfrik                           

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here