Le 2ème Forum Africain sur l’économie Bleue prévu en Tunisie

0

Le coup d’envoi de la deuxième édition du Forum Africain sur l’économie Bleue (ABEF), est donné mardi 25 juin 2019 en présence de plusieurs ministres africains, experts des océans, hommes d’affaires et investisseurs locaux et étrangers. La séance de l’ouverture aura lieu en présence notamment du ministre des affaires locales et de l’Environnement Mokhtar Hammami et le ministre de l’Agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche Samir Taieb. Plusieurs représentants de la société civile et d’organismes nationaux et internationaux prennent également part à ce forum qui prendra fin mercredi 26 juin 2019. Pour cette deuxième édition, les discussions porteront sur les défis et les opportunités de l’économie des océans en Afrique, les synergies entre industries traditionnelles et nouvelles industries émergentes, et la promotion des principes de durabilité de l’économie bleue pour assurer une prospérité à long terme ainsi qu’une croissance inclusive et durable sur l’ensemble du continent. Notons que selon la Banque Mondiale, le concept de l’économie bleue vise à promouvoir la croissance économique, l’inclusion sociale et la préservation ou l’amélioration des moyens de substance tout en garantissant la durabilité environnementale des océans et des zones côtières. Il est à rappeler que la première édition du Forum Africain sur l’économie Bleue (ABEF) s’est tenu à Londres le 8 juin 2018, renseigne realites.com.tn.

 «Le défi de l’économie bleue, c’est la sécurité» 

Le Secrétaire général de la Commission de l’océan Indien (COI), Hamada Madi, a affirmé lors d’un entretien que pour développer l’économie bleue, il faut investir dans les infrastructures. La Convention de financement d’un nouveau programme pour la sécurité portuaire et la sûreté en mer signée le 2 mai dernier renforcera le partage d’informations sur le fret et les passagers, les capacités des services répressifs et des douanes contre le crime organisé et le risque terroriste ou encore les moyens de contrôle, de surveillance et de saisie des cargaisons. Il s’inscrit dans la lignée du programme régional de sécurité maritime (MASE) financé par l’Union européenne pour créer une architecture de sécurité maritime adaptée et moderne dans l’océan Indien occidental. S’exprimant sur les projets de la COI, il affirme qu’ils sont nombreux. « Je citerai le démarrage du nouveau programme régional de pêche, ECOFISH financé par l’Union européenne, qui consolidera les filières de pêches durables et relancera l’emblématique Plan régional de surveillance des pêches qui engage huit États de la région. Cette année sera marquée par de nouveaux programmes d’adaptation aux effets du changement climatique et de lutte contre les pollutions marines, lit-on dans le site d’information defimedia.info.

Les défis de l’économie dans la région

Le premier des défis, c’est la sécurité. Outre la piraterie, il s’agit aussi de trafic de drogue, de trafic d’êtres humains, de trafic d’armes, de trafic de ressources naturelles, de pêche illégale ou de pollution marine. Or, je constate avec préoccupation que le programme MASE, qui a donné d’excellents résultats, s’achèvera en 2022 et, au-delà du projet sur la sécurité portuaire. Il est nécessaire de consolider les acquis de ce programme pour sécuriser durablement nos espaces océaniques. Ce sera un point débattu lors de la Conférence ministérielle du 19 juin organisée par Maurice. C’est toute une multitude de secteurs qui est concernée : tourisme, pêche, transport, logistique, énergies durables. Pour développer l’économie bleue, il faut investir dans les infrastructures, les secteurs productifs mais aussi dans la sensibilisation, la gestion des ressources naturelles et la préservation des écosystèmes.  Personne ne peut contester la responsabilité de préserver les récifs  pour des raisons écologiques, sociales et économiques, ajoute la même source.

Mobilisation internationale pour la sécurité maritime dans l’océan Indien occidental

Durant toute une semaine, la sécurité maritime a été au cœur de l’agenda régional. Plus de 200 délégués de haut niveau venant d’une quarantaine de pays et organisations internationales ont fait le déplacement à Maurice pour la Conférence ministérielle sur la sécurité maritime dans l’océan Indien occidental des 18 et 19 juin 2019 et pour la 22e session plénière du Groupe de contact sur la piraterie au large des côtes somaliennes le 20 juin.  Ces rencontres ont permis de faire le point sur les enjeux de sécurité maritime et les initiatives en cours pour y répondre. Au total, une trentaine d’initiatives luttant contre les différents aspects de l’insécurité maritime (piraterie, trafic de drogue, traite d’êtres humains, attaques à mains armées, pêche illégale, blanchiment d’argent, risque terroriste, pollution…) ont cours dans l’océan Indien occidental. Les participants à la Conférence ministérielle ont ainsi appelé à une coordination effective de l’ensemble de ces initiatives pour éviter les chevauchements et assurer une sécurisation de long terme de l’océan Indien occidental traversé par des routes maritimes d’importance mondiale, a pour sa part indiqué myt.mu.

Moctar FICOU / VivAfrik                  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here