Réunion de l’AIEA : Le torchon brûle entre Téhéran et Washington en Autriche

0

La réunion extraordinaire du Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à Vienne, en Autriche mercredi 10 juillet 2019 a été marquée par une passe d’arme entre Téhéran et Washington. La rencontre avait pour but de faire le point sur les dérogations iraniennes à l’accord signé en 2015 dans la capitale autrichienne entre l’Iran, la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Chine, la Russie et les États-Unis. Washington s’est retiré de l’accord il y a un an et a rétabli des sanctions vis-à-vis de Téhéran. La réunion a montré, une nouvelle fois, les tensions entre l’Iran et les États-Unis.

Cette réunion extraordinaire s’est tenue dans un contexte tendu, alors que l’Iran a annoncé cette semaine avoir recommencé à enrichir de l’uranium au-delà de 3,67%, le degré maximal fixé par l’accord. L’Iran, durement touché par les sanctions américaines, continue de demander aux Européens des garanties solides pour atténuer les effets de ces sanctions sur son économie.

Ce mercredi, les États-Unis ont accusé Téhéran de violer les termes de l’accord pour extorquer des fonds à la communauté internationale. Critiques vives également à la fin de la réunion du représentant iranien vis-à-vis de Washington : l’application de la politique de la pression maximale, qui est destinée à l’échec est la principale cause de la situation actuelle, a-t-il expliqué.

La situation a donc peu évolué. Or le temps presse, car l’Iran menace de prendre de nouvelles mesures dans « 60 jours » si ses demandes ne sont toujours pas satisfaites.

Les sanctions imposées à l’Iran seront « bientôt considérablement alourdies », a promis ce mercredi Donald Trump dans un tweet: « L’Iran « enrichit » en secret depuis longtemps, en violation totale du terrible accord de 150 milliards de dollars conclu par John Kerry et l’administration Obama. Rappelez-vous que cet accord devait expirer dans quelques années. Les sanctions seront bientôt renforcées considérablement ! »

« Nous n’avons rien à cacher », a répliqué l’ambassadeur iranien auprès de l’AIEA, Kazim Gharib Abadi, à l’issue de la réunion du Conseil des gouverneurs de l’Agence.

Moctar FICOU / VivAfrik                 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here