GIZ : un appui financier aux porteurs d’idées agricoles innovantes en Afrique

0

Les porteurs d’idées agricoles innovantes en Tunisie pourraient postuler pour bénéficier d’un appui financier du Fonds d’Innovation Agricole, de l’Agence allemande pour la coopération internationale (GIZ). Trois lauréats pourront recevoir jusqu’à 50 000 euros, soit environ 157 mille dinars, de ce fonds qui encourage l’efficacité et la durabilité dans le domaine de l’agriculture, selon l’agence allemande. Des candidats, parmi des startups et des petites entreprises, de plus d’une trentaine de pays en Afrique, dont la Tunisie, l’Algérie et le Maroc, pourront bénéficier de cet appui à l’innovation agricole. Ils pourront présentées, avant le 31 mars courant, des innovations qui « visent à rendre le secteur agricole et alimentaire plus efficace et durable », a-t-on noté, précisant que les filières concernées sont la mécanisation, la numérisation et les énergies renouvelables. Les trois gagnants de chaque catégorie recevront un package de soutien qui sera adapté individuellement à leur innovation pour une valeur totale pouvant atteindre 50 000 € (environ 157 mille dinars). Le package des gagnants de la deuxième place vaut jusqu’à 20 000 € (environ 63 mille dinars) et ceux de la troisième place jusqu’à 10 000 € (environ 31,4 mille dinars), a relaté webmanagercenter.com.

Maroc : Crainte d’une mauvaise campagne agricole

L’agriculture au Maroc est confrontée à de nombreux problèmes. En effet, face aux aléas climatiques, certains ne savent plus où donner de la tête. Ces derniers, avec un déficit pluviométrique récurrent, craignent une mauvaise campagne agricole. Après les vagues de froid contraignants, le manque de pluies demeure la principale source d’inquiétude des agriculteurs. Il est la cause des mille et un problèmes qu’enregistre la campagne céréalière. En effet, les cultures et les semis ont été bien installés mais pâtissent à cause du retard des pluies. C’est la deuxième année consécutive de sécheresse qui frappe de plein fouet le Maroc. Normalement à ce stade de la campagne, les agriculteurs entament le désherbage et la fertilisation. Ce qui n’est pas le cas actuellement, notamment au sud de Rabat. Cependant, quelques précipitations sont prévues à partir de ce vendredi, à Casablanca, Rabat, Fès, Nador et Oujda, mais n’empêche que l’heure est grave. Dans le nord du Maroc, la situation ne semble pas inquiétante pour les agriculteurs. En effet, certains producteurs de la région de Beni Mellal affirment que bien que «le retard des pluies soit effectif, il n’y a pas de déficit hydrique sur la frange nord». Par conséquent, «les céréales déjà semés ne souffrent pas. C’est l’inverse qui se produit dans la frange sud, notamment, dans les régions de Chaouia-Ouardigha, le Haouz, Tadla et Sous Massa. Cette zone «pâlit de graves problèmes, il y a là un réel déficit hydrique». «Les gens qui ont été courageux et ont semé, tirent la langue, mais la récolte n’est pas encore compromise». Toutefois, certains agriculteurs restent optimistes. Selon eux, il faudra encore attendre deux à trois semaines avant de s’alarmer d’une mauvaise campagne. Dès lors, dans ce contexte de stress hydrique, le Roi, Mohamed VI, a ordonné le déboursement de 115 milliards de dirhams pour l’eau et l’irrigation, a-t-on appris du site d’information agribusinessdata.com.

Un prix pour « les agricultrices aux commandes de l’innovation climatique »

Le Copa et la Cogeca ont lancé un appel à candidatures pour la 6e édition du Prix de l’innovation pour les agricultrices. Le thème de cette édition 2020 : « Les agricultrices aux commandes de l’innovation climatique ». Pour la sixième année, le Copa et la Cogeca, représentant les coopératives et agriculteurs européens, ont lancé le Prix de l’innovation pour les agricultrices dont le but est de « promouvoir et récompenser certains des projets les plus innovants du secteur agricole. » « Comme 2020 sera l’année du Green Deal, le thème de cette année est « Les agricultrices aux commandes de l’innovation climatique » », indiquent les organisateurs. Leur objectif est de faire reconnaître « le changement initié par les agricultrices et l’impact positif (économique, social, environnemental) sur les zones rurales ». Peuvent concourir tous types d’actions, mesures et projets innovants. « Chaque projet sera évalué selon les critères non cumulatifs suivants : solutions innovantes, transfert d’innovation, durabilité de l’innovation et méthodes de communication ». Le dépôt des candidatures est possible jusqu’au 24 avril 2020, a renseigné terre-net.fr.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here