Bénin : Nature Tropicale Ong alerte sur l’extinction des poissons migrateurs

0

Les poissons migrateurs sont menacés d’extinction au Bénin. C’est l’alerte lancé par Nature Tropicale Ong qui a joué pendant, 25 années, un rôle de leadership dans la préservation de la nature, l’environnement et la biodiversité au Bénin lors de la Journée mondiale de la migration des poisons célébrée samedi 24 octobre 2020.

Faisant d’une pierre deux coups, la balle au bond, est saisie et pour marquer son parcours, l’Ong a organisé, une journée portes ouvertes sur la migration des poissons sur les sites de Grand-Popo et Cotonou et la protection des rivières et plans d’eau.

« Au cours de cette journée, les populations ont découvert gratuitement la vie sous l’eau et ont appris sur les menaces qui pèsent sur les écosystèmes aquatiques et les comportements responsables à adopter dans les zones humides », a fait savoir le Directeur de Nature tropicale Ong, Joséa Dossou-Bodjrènou.

Pour lui, depuis 2019, le Gouvernement du Bénin s’est résolument engagé dans l’assainissement des plans d’eau (lagunes, lacs et rivières) en application du nouveau Code de la pêche et de l’aquaculture au Bénin. Seulement, des efforts restent à consentir. Pour ce qui est des poissons migrateurs, alerte-t-il, les techniques archaïques de pêche constituent une menace pour leur survie.

Lesquelles techniques, déplore le Professeur, font qu’« après 60 ans d’indépendance, il n’y a pas de poissons élevés dans aucun marché du Bénin ». Selon ses propos, « L’intérêt recherché est de faire prendre conscience au grand public de la richesse et de la variété de notre biodiversité, des conséquences liées à leur surexploitation et de la nécessité de leur conservation et multiplication pour les générations actuelles et futures ».

Il s’agit aussi, d’influencer, d’encourager et d’aider les sociétés du monde entier à conserver l’intégrité de la biodiversité et de veiller à ce que toute utilisation des ressources naturelles soit équitable et écologiquement durable. Une mission de l’Union mondiale pour la nature (UICN) dont Nature Tropicale Ong est membre.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here