Climat: Londres affiche désormais l’un des objectifs les plus ambitieux du monde.

0

Cette fois, les Européens ne devront s’en prendre qu’à eux-mêmes. Alors que les chefs de gouvernements et d’Etats des 27 peinent depuis des mois à s’accorder sur la nouvelle ambition climatique du Vieux monde, le Royaume-Uni dégaine la sienne.

Dans la soirée du 3 au 4 décembre, Londres a présenté les grandes lignes de sa nouvelle contribution nationale volontaire (NDC). Après les annonces chinoise, japonaise, sud-coréenne, et les promesses du président-élu des Etats-Unis, la Grande-Bretagne se place résolument dans le peloton de tête des pays décarbonateurs.

«Aujourd’hui, nous nous positionnons en tête avec un nouvel objectif ambitieux pour réduire nos émissions d’ici à 2030, plus vite que n’importe quelle puissance économique de premier plan», a déclaré Boris Johnson dans un communiqué. «Mais il s’agit d’un effort mondial, c’est pourquoi le Royaume-Uni appelle les dirigeants du monde entier, dans le cadre du sommet sur les ambitions climatiques la semaine prochaine, à présenter leurs propres projets ambitieux pour réduire les émissions et fixer des objectifs de neutralité carbone», a-t-il ajouté dans un communiqué diffusé jeudi soir.

Cette annonce surprend agréablement les observateurs. Le 18 novembre, le locataire du 10 Downing Street avait publié un plan en 10 points un peu brumeux. Doté d’une quarantaine de milliards de livres, ce programme visait surtout à accélérer le déploiement d’éoliennes en mer et à soutenir la branche nucléaire de Rolls-Royce. Sans plus. Le détail de la NDC made in UK devrait être connu dans le courant de la semaine prochaine.

Cette nouvelle annonce britannique «incite fortement les autres grandes économies à suivre leur exemple», a réagi Sonam P. Wangdi qui préside le groupe des Pays les Moins Avancés auprès de la convention des Nations unies pour le climat. «Maintenant le dur labeur commence. Le Royaume-Uni doit concrétiser ses engagements par des mesures politiques et financières.»

En pleine négociation sur le Brexit, Londres adresse un formidable pied de nez à ses anciens partenaires européens, qui, de leur côté, ambitionnent de baisser de 55% leurs rejets de Ges sur la période considérée.

 

Laisser un commentaire