Le Directeur général de l’Agence nationale pour les énergies renouvelables (ANER), Djiby Ndiaye qui a accordé à VivAfrik un entretien sur la diversification énergétique au Sénégal a expliqué qu’aujourd’hui, nous sommes à 30% du taux d’énergie renouvelable dans le parc de production d’électricité.

Pour le citer, le DG de l’ANER M. Djiby Ndiaye a soutenu qu’ « il y a quelques années, plus de 98% de l’énergie consommée hors biomasse, nous venaient des énergies fossiles. Il y avait une forte dépendance à ces énergies polluantes dont les coûts n’étaient pas maitrisés. Ainsi, nous nous sommes dit que la solution, c‘est de diversifier nos sources de production d’énergie. Au-delà de ces énergies fossiles qui étaient principalement dérivées du pétrole, il fallait introduire dans la production d’énergie, les énergies renouvelables. C’est ce qui a conduit d’ailleurs à la création de l’ANER et de tout ce qui s’en est suivit ».

Le DG de l’ANER de poursuivre que : « l’introduction des énergies renouvelables tels que le solaire, l’éolien, la biomasse, l’hydroélectricité pour diversifier les sources d’énergies est donc recommandée. C’est pour être un peu plus en sécurité, avoir beaucoup de centrales avec diverses sources de production d’énergie nous permettraient de choisir la source en fonction de sa disponibilité. C’est ça l’idée de la politique du mix énergétique qui a d’ailleurs bien fonctionné. Il y aura également, avec la découverte du gaz, beaucoup de centrales qui vont fonctionner au gaz, des centrales qui vont continuer à fonctionner au fioul, des centrales hydroélectriques, des centrales de biomasse et ça ne serait que bénéfique pour le Sénégal ».

Moctar Ficou / VivAfrik

Laisser un commentaire