Le FFEM et l’AFD financent la documentation de l’impact du changement climatique sur le bassin du Congo

0

La lutte contre les effets pervers du changement climatique s’intensifie dans le monde entier. En Afrique, ses conséquences se remarquent principalement dans les dérèglements des saisons, notamment la variation de l’intensité et de la durée des cycles. Cependant, ces changements sont très peu connus par les autorités, faute de données fiables.

En effet, le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM) s’est engagé avec l’Agence française de développement (AFD) à allouer un financement de 2 millions d’euros pour la résilience et l’adaptation du bassin du Congo, sous la forme d’une subvention à la Commission internationale du bassin Congo-Oubangui-Sangha (CICOS).

Selon les deux institutions, l’enveloppe financière permettra de recueillir plus d’informations sur les ressources hydriques du bassin et son écosystème, une meilleure organisation des données et un meilleur partage de ces informations entre les pays du bassin. Une partie des fonds sera consacrée au développement d’applications qui rendront ces informations disponibles auprès des différentes administrations des pays.

La subvention aidera par ailleurs, à la réhabilitation et à la création de « nouvelles stations hydrométéorologiques in situ pour répondre aux besoins des pays. Cette collecte des données sera renforcée par le financement d’une thèse de doctorat sur le fonctionnement hydrique du bassin du Congo et de sa cuvette centrale, valorisant les données hydrométéorologiques disponibles », a affirmé Didier Grébert, directeur de l’AFD à Kinshasa.

Ces différentes mesures permettront de mieux apprécier l’impact du changement climatique sur le bassin. Celui-ci enregistre en effet des pluies tardives qui affectent les populations paysannes qui dépendent de l’hydrologie pour leurs cultures.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire