Une enquête de Reuters révèle une chute de production de 870 000 BPJ en février 2021

0

Les 13 membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ont pompé 24,9 millions de barils par jour (BPJ) en février 2021, soit une baisse de production de 870 000 BPJ par rapport à janvier passé. Il s’agit de la première baisse mensuelle depuis juin 2020. C’est ce qui ressort de l’enquête effectuée par Reuters.

Cette situation montre que, veiller à la stabilité des cours sur le marché n’est pas chose aisée pour les membres de l’OPEP. C’est dans ce but qu’une enquête a été menée par Reuters afin de suivre de façon efficiente l’offre sur le marché.

Cette baisse s’explique surtout par l’engagement de l’Arabie Saoudite à réduire volontairement sa production d’un million de BPJ supplémentaires pour les périodes allant de février à mars afin d’éviter la constitution de stocks et de rassurer ses membres au sujet de la lente reprise de la demande. Selon l’enquête de Reuters, le pays a réalisé environ 850 000 BPJ de réduction en février 2021.

De plus, en février, le cartel et ses alliés ont également décidé de maintenir l’offre essentiellement stable. Le pétrole ayant atteint la semaine dernière son plus haut niveau depuis 13 mois, ces prix élevés pourraient affecter la discipline au sein de l’OPEP+ d’où la prochaine réunion prévue le 4 mars 2021 pour discuter du fait d’augmenter le pompage.

Selon Eugen Weinberg, analyste du groupe bancaire Commerzbank, « jusqu’à présent, les membres de l’alliance ont coopéré et mis en œuvre les réductions de manière exemplaire. Nous pensons que les prix élevés inciteront l’OPEP+ à augmenter sa production de 500 000 barils par jour, tout en retirant la réduction de production supplémentaire de l’Arabie saoudite ».

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire