Tunisie: le ministère de l’Agriculture planche sur la résolution de l’accès à l’eau potable et l’irrigation

0

Tunis – La résolution du problème de l’eau potable et d’irrigation en Tunisie, notamment, dans le gouvernorat de Sfax, constitue le plus grand défi pour le ministère de l’Agriculture, au cours de la prochaine décennie, a indiqué le ministre par intérim de l’Agriculture, des ressources hydrauliques et de la Pêche, Mohamed Fadhel Kraiem.

S’exprimant lors d’une plénière consacrée lundi à cette question à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), M. Kraiem a reconnu que l’eau constitue un réel problème en raison des faibles précipitations, dues aux changements climatiques, outre les grands changements intervenus ces dernières années, aux niveaux des habitudes de consommation.

Le ministre a également mis l’accent sur l’impératif de réfléchir à une stratégie complémentaire pour faire face au problème de l’eau en Tunisie, d’autant plus que les quatre prochaines années seront marquées par de grands défis en termes d’approvisionnement en eau potable dans de nombreuses régions, y compris le gouvernorat de Sfax.

Concernant les délais de réalisation de la station de dessalement d’eau dans la région, le responsable a indiqué que le projet sera lancé à partir de janvier 2024, précisant qu’il contribuera à réduire le problème de pénurie d’eau dans la région. Ce projet comprend sept composantes, dont 6 déjà effectuées, dans l’objectif de permettre aux entreprises tunisiennes de contribuer à sa réalisation.

En 2019, le déficit en eau dans le gouvernorat de Sfax était de l’ordre de 14%, a indiqué M. Kraiem, précisant que plusieurs projets ont été entrepris par la Société tunisienne d’exploitation et de distribution des eaux (SONEDE), notamment le forage de puits profonds pour réduire la consommation d’eau, ce qui a permis de réduire le déficit à 12% en 2020.

Le ministre a rassuré que son département œuvre à assurer un approvisionnement normal en eau durant la saison estivale 2021, grâce à la réalisation de deux projets d’approvisionnement en eau potable pour 6.000 habitants, moyennant 8 milliards de dinar tunisien (plus de 1,5 milliards d’euro), ainsi que l’amélioration du rendement de cinq systèmes hydrauliques profitant à plus de 12.000 habitants, et le déblocage de six autres, en identifiant des solutions pour le recouvrement de non-payés de la SONEDE.

Source : Map Ecology

Laisser un commentaire