Innovation : Ombrea développe des solutions qui protègent les cultures du changement climatique

0

Le changement climatique a de très fortes répercutions dans la quasi-totalité des secteurs de développement notamment celui de l’agriculture. Pour limiter ces effets sur la production agricole, Ombrea développe des solutions qui protègent les cultures des intempéries.

Signalons qu’avec ses Trophées de l’Avenir, Europe 1 récompense chaque année des entreprises, des associations ou des collectivités locales pour leur audace, leur innovation et leur côté visionnaire. En lice pour le Trophée environnement, Ombrea développe des solutions qui protègent les cultures du changement climatique mais aussi des intempéries qui y découlent.                     

Ombrea, jeune pousse de « l’agritech », se veut l’alliée des plantes et cultures contre les effets du changement climatique. « Ombrea est un système qu’on installe au-dessus des cultures de plein champ, des cultures d’extérieur. Ce système va s’ouvrir et se refermer de façon à moduler l’ombre au sol », a dévoilé Julie Davico-Pahin, co-fondatrice et directrice générale d’Ombrea qui a vu sa startup nommée cette année aux Trophées de l’Avenir dans la catégorie environnement.

La start-up aixoise a mis au point un système d’ombrières gérées par l’intelligence artificielle qui améliore le rendement agricole en protégeant les plantes des aléas climatiques. Il s’avère que la mission d’Ombrea est de pallier les évènements climatiques extrêmes.

Grâce à ce système, l’agriculteur va « pouvoir ajuster la lumière, la température ou encore l’humidité » afin d’apporter à la plante « tout le microclimat dont elle a besoin pour grandir dans les bonnes conditions ». Il faut dire que le climat actuel, qui est en train de changer, ne peut plus toujours apporter ces conditions de pousse. Selon Météo France, il pourrait faire 6 degrés de plus en moyenne en France d’ici 2100, avec une intensification d’évènements climatiques extrêmes (grêle, sécheresses, etc.) « Le gros avantage de notre système est qu’il va aussi produire de l’énergie de façon à couvrir 100% de l’investissement de départ », vante Julie Davico-Pahin sur Europe 1.

D’après le journaliste Europe 1, Séverine Mermillod, Ombrea compte déjà « 35 collaborateurs » et en recrute 15 nouveaux actuellement. « On va finir l’année autour de 50 salariés », précise la co-fondatrice, qui explique ce fort développement par les nombreuses « demandes de la part des agriculteurs qui sont confrontés chaque jour davantage aux effets du changement climatique. Je pense notamment aux épisodes de gel, de grêle ou encore de sécheresse qui sont vraiment très violents. La filière cherche à s’adapter ».

Julie Davico-Pahin souhaite désormais voir Ombrea « aller plus loin » et « être à la hauteur des ambitions du monde agricole ». Alors que « l’agriculture française est jugée un petit peu à la traîne sur ces questions-là », estime-t-elle, Ombrea considère au contraire « qu’on peut vraiment faire rimer agriculture avec respect de l’environnement et en même temps avec performance ».

En outre, renchérit Séverine Mermillod, le système d’Ombrea permet aussi de récupérer des données météorologiques par site et par an, afin de mettre en place des modèles prédictifs de pilotage des « ombrières » qui permettent de faire varier la lumière et l’humidité. De sorte qu’à terme, les rendements des récoltes soient sécurisés.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire