Le Nigéria chargé d’assurer la gestion des fonds alloués au projet de la Grande Muraille verte

0

La Grande muraille verte est une initiative de l’UA pour lutter contre les effets du changement climatique et de la désertification en Afrique. Elle a pour but de restaurer, d’ici 2030, 100 millions d’hectares de terres dégradées en Afrique sur une bande longue de 8000 kilomètres au sud du Sahara.

Ce qui était dans l’air est désormais officiel. En effet, le Nigeria a pris la présidence du projet de la Grande Muraille verte et des fonds qui y sont alloués. C’est ce qu’a révélé le ministre Nigérian de l’Environnement, Sharon Ikeazor, dimanche 5 décembre 2021, à l’Agence de presse nationale.

Selon la responsable Nigériane, « à la fin de la 4ème session ordinaire du Conseil des chefs d’Etat [Ndlr : du 2 décembre 2021] impliqués dans le projet, le Nigeria a pris la présidence de l’initiative. Ainsi, pour les deux prochaines années, le Nigeria et le président Buhari seront à la tête du projet de la Grande Muraille verte en Afrique ».

Il faut rappeler que ce projet initié par l’ancien président nigérian Olusegun Obasanjo est l’une des initiatives phares soutenues par la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD). La zone couverte par le projet subit d’importants effets du changement climatique et de la désertification. 

Le Sahel est l’une des régions les plus vulnérables du continent aux impacts du changement climatique, bien qu’il contribue seulement à hauteur de 25 Mt d’émissions de CO2, soit autant l’aire urbaine de la ville de Paris, à la pollution mondiale, apprend-on du rapport « Clean Energy Transition In The Sahel » de l’Agence internationale de l’énergie.

Le document a renchéri que « les changements climatiques font peser des risques importants de sécheresse et d’agriculture sur la région. La sécurité énergétique, alimentaire, et de l’eau sont fortement liées. Ce qui a des implications importantes pour chaque secteur et pour l’ensemble de la région ». Ce sont ces problèmes que l’initiative essaie en priorité de régler.

Le Nigéria a « renforcé les efforts dans la mobilisation des ressources pour la réalisation accélérée du Plan décennal d’investissement prioritaire (PDIP) 2021-2030 » de l’initiative, a révélé Muhammadu Buhari.

Notons que le projet dont la réalisation est effective à 4% a reçu 14 milliards de dollars de nouveaux financements début 2021. Avant cela, il n’avait reçu qu’un milliard de dollars, selon un rapport publié en 2020 par l’UNCDD. Il englobe plusieurs actions qui bénéficieront des fonds alloués à sa réalisation, améliorant ainsi les ressources allouées au climat dans les pays concernés.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire