Le Sénégal débloque près de 83 milliards FCFA  pour le renouvellement du collecteur Hann-Fann

0

Ce qui était dans l’air est désormais officiel. En effet, le projet de renouvellement du collecteur Hann-Fann long de 100 km de réseau secondaire et tertiaire avec acquisition d’équipements spécifiques de diagnostic et de curage a été lancé jeudi 21 avril 2022 par l’Office national de l’assainissement du Sénégal (ONAS) en partenariat avec le groupement synergie d’Afrique pour un investissement de 82,860 milliards FCFA, a informé le ministre de l’Environnement et du Développement durable (MEDD), Abdou Karim Sall qui a présidé la cérémonie dudit projet précisant que les travaux vont durer 24 mois.

La future infrastructure va permettre le drainage des eaux usées du bassin versant le plus étendu de l’agglomération dakaroise. Le renouvellement de ce bassin versant englobant neuf communes de la capitale sénégalaise est « une volonté de l’Etat de voir les populations évoluer dans un environnement toujours plus sain et plus sécure », a-t-il expliqué, en lançant le chantier au nom du ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Serigne Mbaye Thiam.

Abdou Karim Sall qui s’exprimait au terrain Khar Yalla a ajouté que « le collecteur Hann-Fann dont nous lançons les travaux de renouvellement, draine les eaux usées du bassin versant le plus étendu de l’agglomération de Dakar, englobant tout ou partie des communes de Fann-Point E-Amitié, Grand-Dakar, Biscuiterie, Mermoz-Sacré-Coeur, Sicap-Liberté, Dieuppeul-Derklé, Grand-Yoff et Ouakam ».

Ces travaux, dont le coût s’élève à 82,860 milliards FCFA, sont pilotés par l’Office national de l’assainissement du Sénégal (ONAS). Ils ont pour objectif de « réhabiliter le collecteur Hann-Fann (…) avec acquisition d’équipements spécifiques de diagnostic et de curage », a-t-il expliqué.

Selon lui, le renouvellement de ce collecteur allait impacter positivement les conditions de vie de plus 500 000 personnes évoluant dans la Ville de Dakar, en relevant sensiblement le niveau d’assainissement des neuf communes.

Ce projet va aussi « améliorer, conséquemment, le cadre de vie et la mobilité urbaine, mais surtout le fonctionnement des ouvrages collectifs d’assainissement, avec un effet d’élimination des stagnations d’eau et rejets d’eaux usées ménagères sur la voie publique », a clarifié M. Sall.

Qui estime que cet ouvrage, très stratégique dans le dispositif d’assainissement de Dakar, ne répondait plus aux normes, à cause de son état de vétusté très avancé.

« L’étude diagnostique menée en 2015 avait révélé l’existence d’un nombre élevé de branchements et de raccordements particuliers, une dégradation importante des parois et de la voute ». Elle avait également pointé « l’insuffisance de la pente, entrainant un ensablement récurrent et par conséquent une contamination chimique de l’ouvrage au gaz hydrogène sulfuré », rappelé le ministre de l’Environnement et du Développement durable.

Moctar FICOU / VivAfrik