Réduction des émissions de CO2 : La Fondation suisse Klik lance ses activités au Sénégal

0

Dans le cadre de la coopération sénégalo-suisse pour la protection du climat, le Sénégal et la Suisse ont décidé d’emprunter des voies innovantes dans leur engagement dans la lutte contre le changement climatique. Un accord bilatéral de coopération, signé en juillet 2021 dans le cadre de l’article 6 de l’Accord de Paris, marque le point de départ d’activités conjointes. En partenariat avec des entités étatiques et privées, la Fondation suisse Klik soutiendra et financera des activités au Sénégal contribuant à des initiatives nationales et locales et ainsi au développement durable.

A travers ce lancement, le Sénégal et la Suisse sont parmi les premiers Etats à utiliser ce mécanisme de coopération prévu par l’article de l’Accord de Paris sur le climat, et qui a pour objectif la réduction des émissions de Gaz à effet de serre.

« Notre pays est très honoré de collaborer avec la Suisse dans le domaine des Résultats d’atténuation transférés au niveau international (RATI). Au regard de l’importance des mécanismes de coopération dans l’architecture climatiques mondiale, aucun effort ne sera ménagé afin d’en assurer sa bonne mise en œuvre », s’est engagé mardi 10 mai 2022, le Secrétaire général du ministère sénégalais de l’Environnement et du Développement durable qui présidé la cérémonie de lancement au nom du ministre Abdou Karim Sall.

Cette cérémonie est aussi consacrée au lancement du site d’application des projets dédié aux activités de la Fondation Klik au Sénégal dans le domaine de l’article 6. Ainsi, Amadou Lamine Guissé s’acquitte, avec plaisir « au regard de son apport significatif à la mise en œuvre de la Contribution déterminée au niveau national (CDN) du Sénégal ».

A en croire M. Guissé, le Sénégal, pays côtier africain, en développement, peu émetteur de Gaz à effet de serre (GES) est victime des conséquences du réchauffement climatique, est conscient de la nécessité de réduire ses émissions de Gaz à effet de serre en lien avec notre contexte de développement socio-économique.

« Il s’agit là d’un impératif que nous nous devons de réaliser pour préserver notre planète des effets adverses préjudiciables au développement économique et social durable, comme indiqué dans le dernier rapport du GIEC. Ainsi, dans sa Contribution déterminée au niveau national (CDN), le Sénégal a prévu de réduire ses émissions de Gaz à effet de serre suivant les scénarios inconditionnels et conditionnels, à l’horizon 2030 », a poursuivi Amadou Lamine Guissé.

Selon le responsable Sénégalais, notre pays s’est engagé dans le processus de mise en place d’une politique de développement sobre en carbone et résiliente au climat, dont les contours reposent en partie sur un meilleur accès au marché carbone. Les actions développées dans ce cadre portent sur : l’identification explicite du marché carbone comme outil potentiel pour la mise en œuvre de la CDN ; l’existence d’un portefeuille de projets enregistrés sous le MDP assez considérable dans des domaines variés de l’économie, avec une participation du secteur privé national et dont la transition sous l’article 6 s’impose ; le développement en cours de la stratégie nationale d’opérationnalisation de l’article 6 avec l’appui de Global green growth Institute (GGGI) ; la signature d’Accord de Coopération Bilatérale entre le Sénégal et la Suisse en vue de la mise en place d’un cadre global pour le transfert de réduction des émissions ; la mise en place avec le Gouvernement de la Norvège et GGGI d’un projet de conception d’approches politiques sur l’Article 6.2, entre autre.

Mais une bonne maitrise des concepts, des enjeux et de la portée des mécanismes de marché sont nécessaires pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. A ce niveau, la formation, la sensibilisation et le partage de l’information sont des axes d’intervention importants où mettre le focus.

C’est dans cette perspective qu’en vue d’« une bonne mise en œuvre de la Coopération Bilatérale entre le Sénégal et la Suisse, la Fondation KLIK a décidé de la mise en place d’un site web d’application consacré aux activités menées dans le domaine de cet article », a fait part le Secrétaire général du ministère sénégalais de l’Environnement.

« L’opérationnalisation de cette plateforme de communication sera une bonne occasion d’informer à temps réel sur le pipeline de projets sénégalais inscrits sous ce mécanisme bilatéral, leur niveau de mise en œuvre, le canevas de soumission, les impacts attendus etc. J’exhorte toutes les parties clés nationales impliquées dans la mise en œuvre de l’article 6 de l’Accord de Paris, à faire bon usage de cet outil et d’en tirer le meilleur parti », a-t-il conclu.

Moctar FICOU / VivAfrik